Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

 Le talonneur voit double.

Soudés comme un seul homme autour de leur capitaine. /Photo DDM.

Soudés comme un seul homme autour de leur capitaine. /Photo DDM.

 

Champion de France en Honneur en 2011 sous les couleurs de Montesquieu-Volvestre, Sébastien Abadie veut remettre ça dimanche avec Mazères-Cassagne, en PH cette fois.

Sébastien Abadie est un enfant de Cassagne. Logiquement, il a usé ses premières paires de crampons au stade Bouque-de-Lens, avec l'école de rugby du MCS. Il a grandi au biberon du club avant de partir à Montesquieu-Volvestre, à l'orée de la saison 2010-2011. Dès cette première saison, Sébastien a été sacré champion de France Honneur avec les Montesquiviens, une aventure qui sert aujourd'hui à ses équipiers. À 31 ans, il est revenu à ses amours rouges et noirs à l'intersaison pour endosser le rôle de talonneur. Et surtout de capitaine.

Vous avez été sacré champion de France en 2011 avec Montesquieu. Qu'est-ce que cela vous apporte aujourd'hui ?

Les choses sont plus faciles à expliquer quand on les a vécues. On exprime mieux les ressentis. Ce retour d'expérience sert à apaiser les craintes de mes équipiers.

Dimanche dernier, contre Habas, même dans la difficulté on a senti de la sérénité dans le groupe.

Nous avons montré de sacrées ressources mentales. Je savais que nous les avions mais je ne savais pas que nous étions capables d'aller les chercher. Nous croyons en ce que nous savons faire. Depuis le début des phases finales, nous ne nous mettons pas la pression. Nous nous appuyons sur nos forces, mais nous jouons aussi les coups qui se présentent. Sans être petits bras.

Pourtant, le début de saison du MCS ne laissait pas présager un tel parcours.

Le début de saison a été compliqué. Il y a eu des blessures, des joueurs qui ont repris sur le tard, des recrues à intégrer, un nouveau staff. Il a fallu que tout le monde s'adapte au projet de jeu. Moi-même j'ai dû réapprendre à connaître mes équipiers. On entame bien la saison, à Cazères, puis contre Andorre. Mais ces résultats ont caché le manque de cohésion du groupe. Nous perdons ensuite à domicile, nous faisons des nuls. Nous n'avions pas de force mentale.

Après la trêve, au match retour en Andorre, nous nous sommes dit que si nous ne marchions pas en équipe, la saison s'achèverait tôt… Et puis tout s'est mis en place… On a enfin joué les uns pour les autres et retrouvé de la cohésion. Depuis janvier, nous n'avons perdu qu'un match, contre Caussade en finale du championnat des Pyrénées.

Êtes-vous fier d'être le capitaine de cette équipe ?

Très fier. Ça fait un moment que je dis aux gars que pour moi, il y a deux choses importantes dans la vie : ma famille et être à la tête de cette équipe. Je suis d'ici, de Cassagne. Ça compte encore plus !

Recueilli par Eric Sentucq

Tag(s) : #Rugby MCS, #Canton de Salies, #Comminges, #Cassagne, #Mazères sur Salat
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :