Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

,

Arnaud Duffour a marqué l'essai de l'égalisation./Photo DDM

Arnaud Duffour a marqué l'essai de l'égalisation./Photo DDM - Raoul Denax

 

Dominer n'est pas gagner, une nouvelle fois l'adage bien connu s'est malheureusement confirmé. Samedi sur la pelouse de Castanet les Juniors du Rassemblement Les Portes du Comminges retrouvaient sur leur chemin une équipe de La Salvetat éliminée en quart de finale du championnat de France, qui souhaitait ardemment prendre sa revanche.

Adossés au vent, Adrien Picasse et ses coéquipiers ont outrageusement dominé la première mi-temps sans hélas pouvoir conclure. Tout au contraire c'est La Salvetat, qui, sur une des rares incursions dans le camp «rouge, noir et bleu» ouvrait le score sur pénalité (0 à 3) au changement de camp. Dès la reprise coup de poignard, sur une attaque anodine la défense ne se replaçait pas, essai transformé, 0 à 10 pour nos adversaires, l'inquiétude se lisait sur les visages des supporters Commingeois.

Sermonnés, nos joueurs réagissaient, investissaient les vingt-deux adverses mais rien ne passait. Enfin sur une belle attaque Pierre Gardelle plongeait en but, essai non transformé (5 à 10), l'espoir revenait. L'occupation du terrain se faisait plus pressente, à trois reprises la ligne d'en but de La Salvetat sera franchie, mais hélas les essais certainement à raison n'étaient pas accordés. La quatrième sera la bonne Arnaud Duffour, plaqué près de la ligne, tendait les bras pour aplatir, transformation manquée (10 à 10). Le scénario du quart de finale allait-il se reproduire, le bouclier allait-il revenir en Comminges, au bénéfice de l'essai ?

Renvoi au centre du terrain, deux minutes de temps additionnel, ballon récupéré, puis coup sur coup deux mauvais choix, ballon rendu au pied à l'adversaire, touche mal négociée.

Une ultime attaque adverse franchissait la ligne, essai transformé (10 — 17), coup de sifflet final. Le ciel était tombé sur la tête du peuple du Comminges, larmes de déception pour les uns, colère rentrée pour les autres… c'est la loi du sport. Quoi qu'il en soit nos garçons peuvent être fiers de leur parcours. Deux finales certes perdues à l'arrivée, mais deux finales tout de même, la saison aura été extraordinaire.

Daniel Ribère

La Dépêche du Midi

Tag(s) : #Rugby MCS, #Canton de Salies, #Comminges, #Cassagne, #Mazères sur Salat
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :