Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Marsoulas et l'Association des Communes Médaillées de la Résistance Française

A quelques jours de la commémoration du massacre du 10 juin 44, Jean-Pierre Blanc, secrétaire général de l'association des Communes Médaillées de la Résistance Française, relate le pourquoi et le comment de la création de cette Association.
Rappel historique tout d'abord: "faisant suite à l'ordre donné par le maréchal Pétain le 17 juin 1940, de cesser les combats face à l'armée allemande, le Général de Gaulle avait lancé depuis Londres le fameux appel du 18 juin.
Quelques jours plus tard et en toute logique, ce dernier annonça le 11 juillet 40 la création de la France Libre en réplique à la proclamation par le maréchal Pétain de l’État Français. C'est à ce titre que le Général de Gaulle, chef de la France Libre, créa les deux seules distinctions propres à la deuxième Guerre Mondiale et relevant de son autorité: la Croix de la Libération et sa petite sœur, la médaille de la Résistance Française. Créée à Brazzaville le 16 novembre 40, la Croix de la Libération fût attribuée à 1038 personnes et à cinq collectivités que sont Paris, Nantes, Grenoble, Vassieux en Vercors et l'île de Sein. A noter, qu'à ce jour, onze compagnons sont encore vivants et le dernier venant à décéder sera inhumé au Mont Valérien, haut lieu de supplice pour les Résistants.


La Médaille de la Résistance fût créée à Londres par le général de Gaulle par ordonnance du 9 février 43, elle ne fût plus attribuée après le 31 mars 1947 exception faite pour les combats en Indochine - 64 000 hommes et femmes dont 25 000 à titre posthume reçurent cette distinction créée pour "Reconnaitre les actes remarquables de foi et de courage qui, en France, dans l'Empire et à l'étranger, auront contribué à la Résistance du peuple Français contre l'ennemi et contre ses complices depuis le 18 juin 1940."
Dix sept collectivités locales recevront la Médaille de la Résistance dont Brest, Caen, Lyon, pour les plus importantes, mais aussi la Nouvelle Calédonie et la commune de Marsoulas (Haute-Garonne) qui ne comptait qu'une centaine d'habitants lors de l'attribution de celle-ci (décret du 31 mars 1947).


Dès le 2 juin 1947, une association était créée afin de regrouper les titulaires de la Médaille de la Résistance Française, son siège étant aux Invalides à Paris, tout comme l'Ordre de la Libération dont elle dépendait.
Afin de faire face à la diminution des effectifs et des témoins de cette période qui participaient à la libération de la France, l'association des médaillés décide de créer le 12 juin 1986 le Comité National des Villes et Communes médaillées de la Résistance Française. Ce Comité s'engageait "à pérenniser le message de la Résistance française incarnée par le Général de Gaulle et ses compagnons, et à entretenir entre les collectivités des liens particuliers d'amitié et de fraternité combattante".
Chaque année, par ordre alphabétique et pour un an les communes prendraient la présidence de la nouvelle association. Une cérémonie conséquente serait organisée à l'occasion, symbolisée par la passation du drapeau National des Villes et Communes médaillées de la résistance Française.
C'est donc dans ce cadre que la commune de Marsoulas, Haute-Garonne, accueillit les congressistes d'abord en 1996, puis en 2014 amenés par les maires des villes composant l’association.
A ces cérémonies, les plus hautes autorités de l'Etat étaient présentes: secrétaire d’État aux Anciens Combattants et victimes de guerre, secrétaire d’État au Commerce et à l'Industrie, Préfet de Région, sous-préfet, représentants de l'administration et autres corps constitués, élus et porte-drapeau venus en nombre.
Marsoulas, petite commune de la Haute-Garonne médaillée de la Résistance, titulaire de la Croix de Guerre 39/45 participe ainsi au devoir de mémoire.
Tous les ans, à la date anniversaire du massacre du 10 juin qui vit tomber sous les balles nazies un tiers de sa population, dont femmes et enfants, une cérémonie imposante est organisée autour de la jeunesse pérennisant ainsi l'action des combattants de la Résistance et leur message.
Dans l'ordre normal du calendrier, le drapeau National des Communes médaillées devrait être amené à Nouméa en septembre 2018 par une délégation de maires, dont celui de Marsoulas.
Bien structurée, l'association organise en outre des cérémonies au niveau national aux dates importantes et s'inscrit dans le cadre du Concours National de la Résistance, de la Journée de la Déportation (29 avril 2018), de la Victoire le 8 mai, de la Résistance le 27 mai et de la Libération de Toulouse le 19 août.
Au décès du dernier médaillé, restera la présence et l'action de l'association des communes médaillées de la Résistance pour que les nouvelles générations ne laissent pas tomber dans l'oubli le message de la Résistance.

Tag(s) : #La Resistance et les Villes Médaillées, #Canton de Salies, #Guerres, #Salies du Salat

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :