Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Claude Garabé et à la main l'étrier pantoufle . / PhotoDDM. ZG
Claude Garabé et à la main l'étrier pantoufle . / PhotoDDM. ZG

En marge des journées de Follement Cheval, des stands et, parmi eux, celui du collectionneur Claude Garabé.

Habitant Chein-Dessus dans le canton d'Aspet, Claude Garabé est un de ses personnages qui vont jusqu'au bout de leur passion. Toutes les selles, étriers, objets présents sur son stand de Follement Cheval ont une histoire, et cette histoire il la connaît sur le bout des doigts : «je collectionne les colliers d'attelage, les bas, les étriers, les selles, les harnachements, tout ce qui concerne les équidés : chevaux, mules, ânes, petites et grandes oreilles», explique-t-il avec humour.

Un exemple : la selle Amazone ? Qui connaît la selle Amazone ? bien sûr les pratiquants d'équitation savent ce que c'est, mais pour les béotiens que sont les communs des mortels, écoutons plutôt : «c'est Catherine de Médicis qui a introduit ce modèle de selles en France en 1540. Ça s'appelle une selle Sambue, c'est l'ancêtre de la selle Amazone. Ce sont des selles pour les dames, mais certaines étaient mixtes, l'homme pouvait passer la jambe sur le côté. Elles ont une particularité, c'est que le dossier on pouvait le mettre à droite comme à gauche. Si on est sur des chemins de montagne, et que la dame a le vertige on peut tourner le dossier. On ne peut pas tourner la selle! On ne mettait jamais la dame côté du vide. Et lorsqu'on voyageait à deux personnes, les dossiers étaient tournés face à face de façon à pouvoir se parler sans attraper le torticolis.»

Des selles avec des histoires il y en a encore : «celle-là elle vient du Niger, d'Agades, ce sont des selles de chevaux pour les Touaregs. La selle est étroite, mais les chevaux étaient plutôt maigrichons!»

Une rareté aussi : l'étrier pantoufle. C'est François Alexandre Garsault des écuries de Versailles qui l'a inventé pour les dames et les pieds menus.

Des selles assez spartiates mais joliment décorées : ce sont celles du Bouzkachi, sport national pratiqué en Afghanistan.

Ou retrouver Claude Garabé ? Début août il sera à Saint-Girons à Autrefois le Couserans, la dernière semaine de juillet il sera aux fêtes de la Saint Éloi à Gémenos du côté d'Aubagne. Le 12 octobre à Malaga. Et au musée de Turin ou il a été sollicité avec sa collection.

Tag(s) : #Salies du Salat, #Canton de Salies, #spectacles, #Loisirs

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :