Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Saleich et le Millas
Saleich et le Millas
Saleich et le Millas
Saleich et le Millas

DES PHOTOS ICI

Les Ainés de l’Estélas cuisinent le Millas

 

L’hiver approche et avec lui les traditions reprennent vie. C’est en tout cas ce qui s’est passé samedi dernier dans la salle des fêtes de Saleich avec la cuisson du millas.

Pourquoi faire du millas maintenant et pas à une  autre époque de l’année ? Déjà parce que le millas se fait principalement avec du maïs et qu’il faut attendre que le ramassage soit terminé, c’est à dire courant septembre – octobre. Ensuite il se faisait lors des cuisines de canards ou de cochon, c’est-à-dire lors des mois d’hiver, et on se servait de la graisse du canard ou du cochon dont c’était la fête pour cuisiner le millas. Aujourd’hui cette graisse est souvent remplacée par du beurre.

A Saleich ce sont les Ainés de l’Estelas, association dynamique du village, qui pour la deuxième année avaient conviés les adhérents à participer à la fabrication et à la dégustation du millas. Pas moins de cinq chaudrons de cuivre posés sur des trépieds concoctaient le précieux plat. Et autour, une trentaine de personnes se relayaient soit pour tourner, soit pour étaler la pâte obtenue, soit pour la découper en portions.

La recette de Gilberte :

« C’est une recette de mes grands-parents », explique Gilberte. « Il faut mettre un tiers de lait pour deux tiers d’eau, de la farine de maïs et de la farine de blé, du beurre, du sucre, des arômes et de l’eau de vie pour flamber le millas. On met l’eau et le lait en premier, on rajoute le sel et le beurre, on délaye la farine de maïs en premier qu’on laisse cuire une heure et ensuite on met la farine de blé pour lier le tout. Quand c’est presque cuit on rajoute les parfums.  Dès que c’est fini on l’étale sur les planches que l’on a préparées et ensuite on le découpe. Ce qui reste dans le chaudron on le garde pour le flamber avec de l’eau de vie et chacun vient en récupérer un peu et le manger directement. »

Il y a les partisans du maïs blanc et ceux du maïs jaune, mais comme dit Gilberte, « cela ne change rien au goût, c’est surtout pour la couleur qui est plus appétissante avec le maïs jaune. »

Du côté des tourneurs du millas on s’affaire et on se relaie. Certains restent debout alors que d’autres comme Colette et André ont amené les tabourets qui vont bien pour attendre la fin de la cuisson, bien assis.

La « toudeilho » qu’es aquo ?

Ustensile indispensable pour tourner le millas : la "toudeilho". André les fabrique lui-même. Celle dont se sert sa femme Colette est une branche de houx comprenant huit ramifications. Pour cela, il faut arpenter les bois et tomber sur l’arbuste adéquat et ensuite bien travailler la branche. Le millas est cuit lorsque la "toudeilho" tient toute seule dans le chaudron ! Il se mange lorsqu'il a refroidi, découpé en petits carrés frits à la poêle et sucré.

Un peu plus loin certaines s’activent à fariner les toiles qui recouvrent les planches afin d’y étaler le millas encore chaud. Et dès qu’un chaudron est terminé, tout le monde se rapproche pour assister au flambage à l’eau de vie et surtout profiter de la dégustation. Comme le dit un des tourneurs : « il ne faut pas laisser bruler tout l’alcool ! Il faut qu’il en reste un peu pour le goût ! »

Millas, informatique, randos, etc…

Quant à Marie Dauba, la présidente de l’association, elle nous explique les actions de son association : « le but de cette animation est de montrer comment est préparé le millas, car tous ne savent pas. Et cela permet aux adhérents de se retrouver.

Le club anime également des ateliers d’Informatique tous les 15 jours le mardi. On propose également en saison d’été des randos plutôt de « campagne » une fois par mois. On organise un repas annuel avec une animation et un loto et nous participons également avec l’association des Aiguilles de l’Estélas et celle des Amis du Relais de l’Estélas au marché de Noël. Cette année celui-ci se déroulera le 19 novembre de 10h à 18h30. »

Tag(s) : #Canton de Salies

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :