Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Photos Jean-Pierre Blanc
Photos Jean-Pierre Blanc
Photos Jean-Pierre Blanc
Photos Jean-Pierre Blanc
Photos Jean-Pierre Blanc
Photos Jean-Pierre Blanc
Photos Jean-Pierre Blanc
Photos Jean-Pierre Blanc
Photos Jean-Pierre Blanc
Photos Jean-Pierre Blanc
Photos Jean-Pierre Blanc
Photos Jean-Pierre Blanc

Photos Jean-Pierre Blanc

Texte paru dans la Gazette du 13 juin 2018

Marsoulas

10 juin 44

« Mémoire et vigilance »

 

74ème rendez-vous, pour une commémoration toujours émouvante, du massacre perpétré le 10 juin 44 par les allemands de la colonne SS Das Reich. Ceux-ci avaient été envoyés en mission de répression face aux divers maquis qui, les jours précédents, avaient fait acte de sabotage dans le Comminges et le massif pyrénéen.

On notera beaucoup d’émotion et de conviction dans le discours  du maire Alexandre Ader. Enfant du village, il a été de toutes les cérémonies. Il rappellera des faits que les habitués connaissent d’année en année, mais que les nouveaux arrivés ignorent: « au matin du 10 juin 44 les marsoulassiens se réveillent dans la quiétude que peut leur procurer Marsoulas par ces temps troublés. Tout le monde ira à son travail et tout en déjeunant, par la fenêtre, certains aperçoivent deux hommes du maquis de Betchat.  Soudain des coups de feu résonnent et les habitants comprennent aux hurlements que les allemands sont là. Certains tentent de s’enfuir dans les bois  mais sont fauchés sous la mitraille allemande. D’autres sont pris au piège chez eux, et lâchement assassinés. En quelques minutes les barbares SS tuent 27 innocents n’épargnant ni les femmes ni les enfants, privant ainsi Marsoulas d’un tiers de sa population. »

Le maire s’adressera aux jeunes plus particulièrement : « je voudrais vous dire que, même si vous vous retrouvez entouré de personnes âgées, que vous êtes impressionnés par leur présence, le temps passe vite, très vite même. Il y a 30 ans j’étais à votre place, il me semble que c’était hier.

Pourquoi je vous dis ça ? Simplement pour vous faire comprendre que chaque génération, à son tour, doit rester vigilante pour que de telles atrocités ne se reproduisent jamais et qu’une paix durable puisse s’installer dans le monde. Il y a maintenant plus de 70 ans, les papys et les mamies qui vous entourent veillent au grain. Aujourd’hui les personnes de mon âge les ont rejoints, demain ce sera votre tour. Alors jeunes et moins jeunes continuons tous ensemble notre devoir de mémoire et n’oublions pas ce 10 juin 44. »

La population du village et avoisinante était au rendez-vous. Les enfants des écoles interpréteront le Chant des Partisans et la Marseillaise, et liront l’Appel des Morts. Elus, représentants des associations, de l’Etat avec Madame la sous-préfète de Saint-Gaudens Marie Paule Demiguel, porte-drapeaux, rendront hommage aux Morts. Jean-Pierre Blanc remettra, comme à l’accoutumée, des médailles de la commune aux personnes qui chaque année témoignent de leur attachement à cette commémoration, ainsi qu’aux dernières personnes survivantes de ce massacre, telle Geneviève Saint-Germes, 11 ans en 44.

Texte envoyé à la Dépêche du Midi

La jeunesse continuera le devoir de Mémoire

Mémoire et vigilance: deux mots répétés dans les discours prononcés samedi dernier devant le Mémorial du 10 juin 44 honorant les populations civiles tombées sous les balles des nazis de la colonne SS Das Reich.

Des mots écoutés avec émotion, compassion par les habitants du village de Marsoulas et des villages voisins. Les porte-drapeaux, toujours aussi nombreux, une cinquantaine, venus de toute la Haute-Garonne et représentant les associations des Anciens Combattants, des médaillés de la Résistance, mais également la Croix-Rouge ont accompagnés chaque phase de la cérémonie.

Dans son discours, le maire Alexandre Ader, enfant de Marsoulas, a rappelé aux jeunes que si jusqu'à aujourd'hui grands-parents et parents veillaient sur eux, bientôt ce sera leur tour de continuer ce devoir de mémoire, de protéger leurs êtres chers et d'être vigilant face à toute forme de barbarie.

Marie Paule Demiguel, sous-préfète de Saint-Gaudens, évoquera le courage du sous-préfet David Dautresme qui, en ce jour du 10 juin 44, dans le dos des Allemands, prit des photos des victimes, témoignages irréfutables de leur barbarie et leur lâcheté. "Son appareil photo était dissimulé dans l'étui du revolver que sa fonction lui permettait de porter. Les clichés furent ensuite produits au procès de Nuremberg, afin que le monde civilisé puisse découvrir des preuves sur les exactions commises par les SS auprès de populations civiles innocentes" (extrait du livre Marsoulas en Comminges - 2004).

Jean-Pierre Blanc rendra hommage à une villageoise, Hélène Barthet, récemment décédée, et qui fût une survivante du massacre du 10 juin après avoir assisté à l'exécution de son père Guillaume, tombé sous les balles allemandes sous ses yeux.

Il remettra ensuite des médailles de la commune à Louis Vié, président du Comité FNACA de Toulouse, au couple de porte-drapeaux Roaldes de Toulouse fidèles depuis 15 ans des cérémonies, à André Theron, président des Anciens Combattants 39-45 du canton de Salies du Salat et à Geneviève Saint-Germes, survivante du massacre et âgée de 11 ans le 10 juin 44.

Les enfants des écoles interpréteront le Chant des Partisans et la Marseillaise. Ils feront ensuite l'Appel des Morts.

Tag(s) : #La Resistance et les Villes Médaillées, #Canton de Salies

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :