Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Faire revivre les centre-ville - juste quelques réflexions....

Pourquoi les centre-ville se désertifient?

- il y a moins de monde qui habite au centre-ville

    - il reste des personnes âgées

    - des commerçants qui habitent sur place ou pas

    - des services administratifs, des bureaux, dont les personnes qui les occupent n'habitent pas au centre-ville.

Pourquoi les commerces en centre-villes fonctionnent moins bien et ferment?

- pas assez de clients:

     - ils sont concurrencés par les grandes surfaces installées à la périphérie de la ville.

     - les produits sont souvent plus chers que dans les grandes surfaces, car celles-ci font appel à des centrales d'achat et vu le volume des transactions, les prix négociés sont plus intéressants que pour de petits commerçants.

     - l'accès pour les personnes ayant un véhicule est plus pratique: grand parking, gratuits, pas de risques de prendre une amende.

 

Que faire?

La logique consisterait à répondre en premier:

- il faudrait qu'il y ait du monde en centre-ville, et donc faire venir des habitants.

      - comment?

          - avec du boulot!

Donc genre l'agrandissement de l'Hôpital à Saint-Gaudens, la pérennisation des stations thermales comme Salies du Salat ou Luchon, le maintien d'entreprises Fibre Excellence, Sercel, ... autour de St Gaudens, BASF, Dietsmann ... à Salies, pourvoyeuses d'emplois et ailleurs bien sûr...

          - avec du boulot encore!

Aider les entreprises moins importantes. Je ne suis pas pour les subventions pures et simples. Je suis plus pour le genre prestations, qui peuvent varier chaque année au vu du service rendu, de la progression de l'activité ou pas, de la nécessité pour la collectivité. Alors bien sûr on va me dire "tu parles comme un livre", mais c'est ce que pratique par exemple la Caisse d’Allocations Familiales avec les aides apportées aux services Enfance et Jeunesse: des aides pour l'innovation, des prestations selon le nombre d'actes enregistrés. Dans le cas de commerces, il doit bien y avoir des études disant qu'il faudrait pour satisfaire les habitants exemple 1 épicerie pour 1000 habitants (ce n'est qu'un exemple pas une affirmation), 1 boucher pour 2000, 1 coiffeur pour ??? ..... et partant de là définir les besoins de la population.

2 000 habitants ne justifient peut être pas qu'il y ait 3 ou 4 épiceries, 4 coiffeurs, 3 garagistes, etc... car à moment donné tout le monde ne pourra pas vivre.

Faisons vivre déjà ceux qui sont installés. S'ils vivent correctement, d'autres services identiques pourront se développer car eux-même vont s'agrandir, embaucher, amener d'autres habitants.... qui auront besoin d'autres services.

Par exemple je ne comprends toujours pas pourquoi une commune doit dépenser de l'argent pour des trottoirs, alors que cet argent pourrait servir ailleurs, à aider les commerces par exemple: exonérations des taxes foncières, professionnelles, impots divers... Que des communes comme Toulouse aient besoin de refaire des trottoirs ok, mais une commune de 500, 1000, 2000... qui se dépeuple, en quoi a t'elle besoin de regoudronner des trottoirs peu fréquentés? on m'a répondu ... c'est pas la même ligne budgétaire.....!

      avec du boulot encore!

ne négligeons pas le milieu associatif qui accomplit un travail énorme, qui n'est pas souvent reconnu et valorisé. Des associations ont des salariés et fonctionnent comme des entreprises et pas forcément avec les aides des collectivités. Il faut soutenir les associations car elles maintiennent le tissu social, permettent à des gens dans le besoin de s'en sortir, permettent à des jeunes de rester sur le territoire, de fournir la main d’œuvre nécessaire aux entreprises. Plus d'associations et les jeunes partiront de plus en plus.

Après le boulot il y a l'habitat:

   - l'habitat des habitants

   - l'habitat pour les commerces

Des loyers en centre ville pour des habitations souvent pas aux normes sont inabordables! Que faire? c'est une histoire de solidarité. Les bailleurs doivent comprendre qu'ils ne peuvent pas louer tout et n'importe quoi à des prix défiants toute concurrence. Il faut un juste milieu. A la loi de faire appliquer ce juste milieu. Pareil pour les commerces. Il y a des mesures pour rénover les habitats anciens sous certaines conditions, elles ne sont peut-être pas suffisamment connues.

       - les personnes âgées:

Les personnes âgées ont du mal à conduire souvent, donc s'il y a des services de bus très bien. Les personnes âgées vont rarement à la périphérie faire des courses. Donc privilégions certains commerces pour cette catégorie de personnes dans les centre-villes.

Tout n'est pas simple ok! l'approvisionnement des commerces en centre-ville est plus compliqué et il est plus compliqué de s'y garer aussi que dans les périphéries.

On pourrait profiter , aménager le système du Drive et aider aussi à l'acheminement des marchandises chez les particuliers. Ce sont des services qui pourraient être créés par les municipalités (je suis a peu près sure qu'il doit y avoir des aides de l’État pour ça) , par des associations (pareil avec des aides de l'état). Dépôt de marchandises chez des personnes ne pouvant se déplacer (ça peut être mères de jeune(s) enfant(s), personne âgée, pas de véhicules, handicapées..) . Aller chercher les personnes pour aller chez le coiffeur, le dentiste, les démarches de services publics...

Plus compliqué....

     - Négocier!

c'est sûr que quand une commune voisine décide d'implanter un centre commercial à la périphérie d'une autre commune, cette dernière va voir son centre bourg péricliter et ses commerces avec. Donc sanctions? ou négociations? ....

Il y a bien des Arrêtés préfectoraux pour les débits de boissons, qui déterminent l'étendue de zones de protection et la distance d'interdiction.

Pourquoi ne pas instaurer des zones de protection autour des centres-bourgs avec interdiction d'aménager des zones commerciales dépassant une superficie donnée? Ou alors les communes qui le font reversent de l'argent aux communes lésées?

Après peut-être que ça se fait déjà, avec les Communautés de Communes? j'en sais rien... c'est juste des pistes de réflexion.. moi je suis dans l'associatif, non subventionné (ou pour être juste à 2% du budget total!) avec une vingtaine de salariés, des aides sous forme de prestations à l'activité et beaucoup d'huile de coude. Alors les négociations, je sais bien que ça a des limites.

En tout cas s'il y a un truc contre lequel je m'insurge c'est de dire que pour revitaliser les centre-bourgs il faut commencer à dépenser de l'argent pour des audits (aux tarifs exorbitants) ou embaucher la personne qui sait!

Qui mieux que les élus, les commerçants, les présidents d'associations, les services sociaux connaissent le plus leurs habitants, les besoins de la ville qu'eux-même, et connaissent les solutions également? Que ces solutions soient compliquées à mettre en œuvre, je le concède... mais c'est là que le relais doit être pris par nos politiques, de toutes catégories et de tout bords, pour défendre les petites villes, les centre-bourgs, les commerces de proximité face aux lobby qui eux n'ont qu'une idée: s'étendre de plus en plus. Et lorsque ces derniers ferment parce qu'ils se rendent compte que ce n'est plus rentable, ben il n'y a plus ni grandes surfaces, ni plus de petites commerces... place à la désertification.

- et puis il y a le Net, nouvelle forme de commerce

à suivre...

 

 

 

 

Tag(s) : #Economie, #Comminges, #Désertification, #Petitscommerces, #Milieurural

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :