Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cassagne- De l'eau fraiche oui... mais au fond du puits
Cassagne- De l'eau fraiche oui... mais au fond du puits
Cassagne- De l'eau fraiche oui... mais au fond du puits
Cassagne- De l'eau fraiche oui... mais au fond du puits
Cassagne- De l'eau fraiche oui... mais au fond du puits

C’était un élément essentiel de la vie des habitants dans les villages : le puits d’eau potable.

Cassagne , village construit sur une hauteur, avait contrairement aux hameaux construits dans la vallée, du Lens ou du Salat, des problèmes d’approvisionnement d’eau. Les sources coulaient assez loin en contrebas des habitations : « il y avait la Hount Escuro sur le versant du Salat et la Hount Crabe qui alimentait un lavoir communal, les Hounts de Champagno, du Barry et de Capsuran sur le versant du Lens. Ces deux dernières furent aménagées en fontaines publiques (1681). Ainsi jusqu’à une époque encore récente », explique Joseph Blanc dans la monographie de Cassagne, « des générations de femme se sont succédées sur les sentiers de ces sources pour remplir la cruche de verre ventrue appelée la Dourgne et remonter inlassablement jusqu’au village l’eau pour les besoins du ménage ».

Heureusement quelques puits, relativement profonds, constituaient une ressource d’appoint. Et parmi eux, alors que tous étaient construits à l’extérieur des habitations, il en est un, qui a encore servi récemment, lors de l’hiver 1984-85, et qui se trouvait à l’intérieur d’une maison.

Celui-ci, dont le positionnement et son utilisation furent plutôt atypiques, est celui de la famille Dat. Il a servi à alimenter les habitants des quartiers « d’en bas » de Cassagne avant que l’eau courante ne soit installée partout ; c’est-à-dire sur ce qui s’appelait la route de Salies (aujourd’hui rue du Pradet), ainsi que sur la place de la Croix et la route descendant vers Mazères.

En 1937 le maire de Mane, Jules Masquère, crée le Syndicat des Communes de l’Arbas et du Bas Salat dont il est le président et qui va gérer un réseau d’eau potable desservant 16 communes dont Cassagne . Celui-ci fonctionnera en 1941 et nécessitera 15 kilomètres de canalisations sur le territoire communal. Mais la guerre est passée par là. Est-ce que toutes les maisons ont été raccordées instantanément ou pas? En tout cas les puits continuent à fonctionner et à être utilisés.

Françoise Dat, fille d’Henri et de Francine, nous ouvre la porte de ses souvenirs : « la maison de mes parents date de 1870, et donc le puits a dû être bâti à ce moment-là ou avant, je ne sais pas. Je me souviens que quand j’étais petite le puits n’était pas comme aujourd’hui. Il n’y avait que le trou. Il était maçonné mais il n’y avait pas de margelle comme maintenant. Nous, les enfants, mon frère Jean-Pierre et moi, nous y montions dessus pour s’amuser…. Les parents nous surveillaient bien sûr, ils étaient toujours présents car pendant toute mon enfance des gens du village venaient chercher l’eau au puits. La pièce n’était pas aménagée comme maintenant. C’était de la terre battue par terre, avec des briques foraines rouges. Les gens passaient par la porte d’entrée actuelle et allaient se servir. Toute la journée la porte était ouverte, hiver comme été, et on vivait quand même ! On n’avait pas froid ! Les gens allaient et venaient. L’eau était gratuite bien sûr. C’était juste pour rendre service. Ce n’est que lorsque les petits-enfants sont nés que mes parents ont construit toute la margelle autour et ont fermé l’ouverture avec la porte en fer forgé. Et la pièce est devenue la cuisine. »

S’il est difficile de trouver des témoins de l’époque, par contre plus près de nous, lors du mois de janvier 1985, les températures ayant dégringolé très bas, les canalisations avaient gelé dans nombre de maisons : « la température était descendue à moins 25° », explique le voisin, « et heureusement qu’on pouvait aller chercher l’eau chez Dat, le temps que les températures remontent. Et lui se servait de l’eau du puits car ses canalisations avaient gelé aussi».

Tag(s) : #ruralité, #Comminges, #Cassagne, #Canton de Salies

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :