Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • Une exercice pour circonscrire un incendie auprès du lac de Touille./ Photo DDM

Un exercice pour circonscrire un incendie auprès du lac de Touille./ Photo DDM

Publié le , mis à jour

«Où sont les femmes ?» chantait Patrick Juvet. «Auraient-elles perdu leur flamme, flamme… ?» Apparemment non, si l'on en croit la journée du 8 mars, Journée des Droits de la Femme, qui a été célébrée au centre de secours de Salies-du-Salat et a ainsi mis à l'honneur les femmes pompiers volontaires de plusieurs casernes ainsi que les femmes gendarmes.

Un feu imprévu au col de Portet-d'Aspet

Le programme prévoyait des animations et exercices, mais l'imprévu est chose courante chez les pompiers, et c'était sans compter sur l'appel de 7h20, afin de se rendre au col de Portet-d'Aspet ou un nouveau feu s'était déclaré. Un groupe de trois femmes et un homme sont donc partis circonscrire l'incendie.

Pendant ce temps-là, un autre groupe procédait, devant la gendarmerie, à un exercice de désincarcération d'un blessé dans un véhicule. Exercice exécuté en temps réel devant les habitants du village et des gendarmes mobilisés pour l'occasion. L'après-midi, après le retour de Portet-d'Aspet, les femmes étaient à nouveau sollicitées pour un exercice incendie au lac de Touille.

Parmi les spectateurs, Isabelle était particulièrement intéressée : «J'étais pompier en Normandie, ou j'ai exercé pendant six ans. C'était en 1986 au moment où les femmes commençaient à peine à intégrer les casernes. J'avais 18 ans. Nous étions quatre femmes, et au départ les femmes étaient dans les bureaux. Moi je ne voulais être que sur les interventions. La première intervention sur laquelle je suis partie était un accident très lourd de chemin de fer, et cela m'a marqué.»

Quant aux rapports avec les hommes à l'époque, Isabelle reconnaît que son côté «garçon manqué» l'a bien aidé : «Ils me considéraient à part entière comme un des leurs et quand certains hésitaient je savais les remettre à leur place. On a nos places parmi les hommes !»

Des femmes qui l'ont prouvé aux exercices de désincarcération et de lutte contre l'incendie, n'ont pas peur de prendre à bras-le-corps les diverses phases des interventions.

Elles ont été applaudies par les habitants et félicitées par le chef de centre, le commandant Jean-Jacques Albert.

Une fois de plus, l'appel au volontariat a été lancé pour les personnes entre 17 et 55 ans.

Contact : Tél.05 61 94 83 05.

Article de La Gazette du Comminges:

La Journée des Droits de la Femme! Comment dire? Certes il est incontestable que les femmes ont été à mises l’honneur chez les pompiers du centre de secours de Salies du Salat en ce vendredi 8 mars, à tout point de vue: pour leur engagement dans les exercices mais aussi pour les interventions bien réelles. ?
Le programme de cette journée, qui se voulait instructive et ludique, avait bien été pré-établi. Et habitants et touristes attendaient devant la gendarmerie l’exercice de désincarcération d’une victime à l’intérieur d’une voiture. Prévu à 10h30, il a débuté avec un peu de retard, non par négligence, mais du fait d’une intervention bien réelle sur un feu en montagne au-dessus du col du Portet d’Aspet. ?
Et donc trois des femmes en service se sont retrouvées dès 7h20 à partir en intervention. Sonia raconte: «on ne pouvait pas arriver jusqu’au feu avec les camions. Cela a nécessité un engagement de groupes de bruleurs, des gens qui dirigent le feu et qui font des contre-feux pour l’éteindre. C’était un feu mixte, broussailles et arbres mélangés. Nous les avons soutenus, et nous avons installé 280 mètres d’établissement en eau, sur un terrain très pentu.» ?
Pompier volontaire depuis 26 années, Sonia reconnait que les débuts étaient quand même «compliqués», même si aujourd’hui les relations hommes-femmes se sont bien améliorées: «je suis lieutenant au jour d’aujourd’hui, mais il m’a fallu 22, 23 ans avant d’y parvenir. Et je suis la seule femme lieutenant dans les pompiers volontaires à l’échelle de la Haute-Garonne.» ?
Des femmes qui, elles l’ont prouvé le matin à l’exercice de désincarcération, n’ont pas peur de prendre à bras le corps les diverses phases des interventions. Et à bras le corps est le terme exact car, autant le maniement des lourdes pinces de découpage, que la tenue des tuyaux sous pression lors des incendies, ce sont là des opérations qui nécessitent de bonnes conditions physiques. ?
L’après-midi, après le retour de Portet d’Aspet, les femmes étaient à nouveau sollicitées pour un exercice incendie en temps réel. Une partie des spectateurs s’était déplacée jusqu’au lac de Touille ou le commandant Jean-Jacques Albert expliquait au fur et à mesure les différentes phases de l’intervention.  ?
Bien sûr beaucoup de rigueur dans les procédures, l’essentiel étant de ne pas se mettre en danger en portant secours et de ne pas rajouter de victimes à celles que l’on venait secourir. Les femmes pompiers ont été applaudies par les habitants et félicitées par le chef de Centre le commandant Jean-Jacques Albert. ?
Une fois de plus, l’appel au volontariat a été lancé: vous avez entre 17 et 55 ans, vous pouvez rejoindre les pompiers volontaires en téléphonant au 05.61.94.83.05.

Tag(s) : #pompiers, #saliesdusalat, #comminges, #Canton de Salies
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :