Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Cassagne - La forêt, un atout pour le développement économique

Gazette du Comminges du 10 avril 2019

Plantons des arbres: en ces périodes où la lutte contre le réchauffement climatique est l'enjeu de tous les politiques, la forêt participe activement à ce combat.

Il passe ses journées dans les forêts et connait les arbres sur le bout de ses doigts: Daniel Pons, technicien à l'ONF (Office National des Forêts).

Son action, dans le cadre de la gestion des forêts publiques, comme c'est le cas dans les communes telles Cassagne, Montespan, Figarol, etc... prend en compte les quatre objectifs de l'ONF: "production de bois, préservation de la biodiversité, accueil du public et prévention des risques naturels."

Un des objectifs qui lui tient à cœur est la valorisation de la production de bois: "l'idée est de voir comment on peut valoriser les différentes essences présentes dans nos forêts, et ce avec le soutien des acteurs politiques locaux."

Chaque essence a sa spécificité et des marchés existent tant dans la construction, l’ameublement, l’emballage, l’industrie papetière et  l’énergie.

"Si l'on prend le châtaignier, qui est une essence locale très répandue et sur des surfaces considérables en Comminges", poursuit Daniel Pons, "rien n'est fait et tout part à la papeterie. Or le prix d’achat à la papeterie n'a rien à voir avec du bois coupé et mis au bord de route. Ce n'est pas du tout pareil. J'essaie de faire le tri afin que tout ne parte pas à la papeterie."

A Figarol, lors du dépressage des châtaigniers (technique qui consiste à réduire la densité des tiges sur des jeunes arbres en en laissant qu'une ou deux), le bois récolté est amené à Bonnefont pour faire des plessis (clôtures faites de branches entrelacées).

Méticuleux et passionné, lors des coupes de bois, il met de côté quelques mètres cubes de bouleaux: "le bouleau c'est dommage d'en faire du bois de chauffage. J'avais cherché qui ça pourra intéresser. J'avais trouvé un sabotier dans le Couserans. C'était un petit lot de 15m3. Mais malheureusement l'artisan n'a pas donné suite..." Tout le monde connait ces arbres majestueux qui, l'hiver, dénotent dans le paysage avec leur tronc à l'écorce blanche. Une essence qui pourrait être valorisée: "le bouleau est utilisé en plaquage et en menuiserie. Il est intéressant pour tout ce qui est bois de pliage à cause de ses qualités mécaniques. Certains bouleaux sont exploités pour le déroulage: on fabrique des bâtons à glace, des abaisse-langues, des bâtons à peinture, etc... Et les marchés asiatiques sont friands de sa couleur blanc crème. Son écorce a pu remplacer le papier ou être découpée en bardeaux en couverture de toits car elle est imperméable."

Des exemples comme celui-là, le garde forestier en a des dizaines, tels les acacias qui vont intéresser des gens qui font des piquets.

Bien sûr à l'heure où une célèbre marque suédoise a raflé une grande partie des marchés de l'ameublement, Daniel Pons regrette le temps ou dans chaque village il y avait au moins un menuisier.

Car la filière bois est une source d'emplois locaux et non délocalisables. Si bon nombre de scieries, menuiseries existent sur le territoire, la forêt pourrait contribuer de façon encore plus importante au développement économique local. Et un développement auquel Daniel Pons croit, en marge de la filière bois, c'est celui de l'avenir du débardage avec des chevaux ou des mules: "le Comminges était une région d'élevage, mais pourquoi ne pas élever des chevaux pour en faire des chevaux de trait et du débardage? Il y a un plan sur la filière bois. Au niveau de l'image des Pyrénées, si on mettait en place, en amont de l'arrivée des tracteurs, tout le débuscage avec des chevaux cela donnerait une image écologique, environnementale plus attractive."

Tag(s) : #Agriculture, #Environnement, #Cassagne, #Comminges, #Pyrénées
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :