Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école
Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école
Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école
Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école
Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école
Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école
Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école
Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école
Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école
Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école
Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école
Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école
Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école
Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école
Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école
Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école
Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école
Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école
Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école
Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école
Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école
Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école
Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école
Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école
Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école
Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école
Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école
Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école
Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école
Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école
Marsoulas - bientôt la fresque des enfants de l'école

Gazette du Comminges du 27.03.2019

L'école publique de Marsoulas ne ressemble à aucune autre. Elle aurait pu se fondre dans le moule de toutes les écoles de la République. Seulement le cours de son existence a traversé les évènements tragiques du 10 juin 1944.
Comme partout en France, c'est par l'Ordonnace de 1830 qu'est prescrit aux communes "d'avoir une école, de l'entretenir, de payer le maire, de fixer le taux de rétribution payé par les familles et d'organiser la gratuité pour les indigents."
Jean-Pierre Blanc qui a été maire de la commune de 1989 à 1995 raconte: "les finances locales ne permettaient pas toujours de mettre en application les principes édictées. C'est seulement en 1866 qu'est signalée la présence d'une institutrice à Marsoulas Marie Blanchard."
L'école est mixte. "Le matériel est des plus sommaires. Il comprend 3 tables, un tableau noir, une méthode de lecture sur tableaux cartonnés et un poële. A partir des lois Ferry (1876), l'école devient gratuite et obligatoire. Les instituteurs ne deviendront fonctionnaires qu'à la fin du 19ème siècle.
Le 10 juin 1944 passe par là et les enfants payent un lourd tribu à la guerre. Jean-Pierre Blanc continue: "l'école avait rouvert ses portes le 13 juin jusqu'aux prochaines vacances. Imaginons l'atmosphère de cette reprise des classes. Sur le registre matricule, des annotations avaient été apposées dans les deux colonnes: "Date de sortie définitive de l'école et Observations": Fulbert Jacques, fusillé, tué le 10 juin 1944. Barbe Michel, fusillé, tué le 10 juin 1944. Barbe Claude, fusillé, tué le 10 juin 1944, Saffon Micheline, fusillée, tuée lors du massacre du 10 juin par les SS. Michel Saffon, Claude et Michel Barbe étaient arrivés quelques mois auparavant à Marsoulas pour échapper aux bombes allemandes."
Ils seront 11 enfants, dont le plus jeune 3 mois, à être victimes du massacre. L'école continuera à fonctionner.
Chaque année, à chaque commémoration du 10 juin 44 mais aussi du 11 novembre les enfants de l'école sont présents.
Pour ce 10 mai 2019, 75 ans après le massacre, une commémoration importante est prévue. L'école de Marsoulas, qui a reçu en 2018 le premier prix de la laïcité départemental au titre de son projet autour de la Résistance, sera bien sûr en première ligne.
Les enfants de CM1 et CM2, sous la direction d'Aurélie Feuillerat, se préparent à cette journée. La mission est de réaliser une fresque sur un des murs communaux: "je souhaite que ce soit une fresque de paix", explique Jean-Pierre Blanc, "avec un soleil, car le nom de Marsoulas  signifie "maisons exposées au soleil", avec des enfants et de la couleur."
Et les enfants sont bien présents. Allant à leur rencontre, ou ils travaillaient sur le projet par petits groupes, certains dans la salle de classe, d'autres dans la cantine, je rentrais dans la mairie ou un groupe travaillait. Sagement installés devant cahiers et ordinateurs, ils n’étaient nullement effrayés par les photos qui illustraient tous les murs. Des photos du massacre, en noir et blanc, qui, même pour ceux qui les ont vus et revus, entrainent un flot d'émotions bien compréhensibles. Posant la question à l'institutrice sur l'impact sur les élèves, elle me répondit en souriant: "on baigne là-dedans toute l'année. Avec le monument aux Martyrs, les cérémonies, les projets, les maisons aux traces de balles encore présentes... les enfants connaissent tous l'histoire." Et effectivement, ils connaissent tous l'histoire: "mon grand-père me l'a racontée", explique Adrien. "Moi je l'ai apprise en venant à l'école", explique un enfant du village voisin.
La fresque sera réalisée par les enfants le 3 avril prochain, en coopération avec la mairie de Marsoulas, l'Association
Nationale des Communes Médaillées de la Résistance Française, L'APEAI et les prestations de l'association "lemouvementgraphique.com".

Tag(s) : #Marsoulas, #Education, #La Resistance et les Villes Médaillées, #APEAI, #Résistance, #Guerres, #Je suis Charlie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :