Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • Remise de médailles à Jean-Luc Pingret par le maire Jean-Bernard Portet./ PhotoDDM

Remise de médailles à Jean-Luc Pingret par le maire Jean-Bernard Portet./ PhotoDDM

Publié le

Aujourd'hui lors des cérémonies comme celle du 8 mai 1945, les remises de médailles concernent plus des anciens combattants de l'Algérie ou de conflits plus proches de nous comme l'Afghanistan.

Mais il y a un conflit auquel des soldats français ont participé et qui n'est pas des plus connus, c'est celui se déroulant en Tunisie lors de la guerre d'indépendance coloniale. Comme le Maroc et l'Algérie, la Tunisie faisait partie des colonies françaises. L'Indépendance sera acquise le 20 mars 1956, mais il reste un conflit «diplomatique» à régler et c'est celui-ci qui déclenchera la crise de Bizerte en 1961.

En ce jour du 8 mai, à Roquefort-sur-Garonne, trois médailles ont été remises par le maire, Jean-Bernard Portet à Jean-Luc Pingret, né le 19 février 1940 à Desvres dans le Pas de Calais.

Il a effectué son service militaire à Sidi Ahmed en Tunisie où il est arrivé en mai 1961. À cette date-là, la base de Bizerte, pour des raisons stratégiques, est toujours aux mains de l'armée française. Le 4 mai 1961, l'amiral français qui dirige la base, Maurice Amman, annonce au gouvernement tunisien le lancement de travaux d'agrandissement de la piste d'atterrissage de Sidi Ahmed, débordant de 1,50 mètre sur le territoire tunisien. Une bataille politique s'engage entre le président Bourguiba et le général de Gaulle. Elle dégénérera en conflit armé. En quatre jours les 19, 20, 21 et 22 juillet, ce conflit entraînera entre 4000 et 5000 morts (selon différentes sources).

Le cessez-le-feu prendra effet le 23 juillet à 8 heures. La France quittera Bizerte le 15 octobre 1963 mettant fin à 82 ans de présence française en Tunisie.

Pour Jean-Luc Pingret le baptême du feu a eu lieu le 19 juillet 1961. Des tirs de mortiers en direction de l'aéroport de Sidi Ahmed atteignent les soldats français. Il recevra des éclats d'obus dans le dos et sera transporté à l'hôpital militaire français. Éclats dont «deux sont toujours présents, comme l'a confirmé une récente radiographie» précise Jean-Luc Pingret. Il a reçu trois médailles : la Croix du Combattant, la Reconnaissance de la Patrie et la médaille d'Algérie, donnée aux soldats de l'AFN (Afrique française du Nord).

Tag(s) : #Guerres, #Comminges
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :