Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

10 juin 1944 à Marsoulas : le massacre méconnu
 
 

Publié le

l'essentiel Marsoulas commémorera demain matin le 75e anniversaire du massacre qu'a connu le village le 10 juin 1944 : 27 morts, hommes, femmes et enfants, tués par une colonne de la division Das Reich.

Au lendemain du débarquement allié en Normandie, les maquis se développent, les actions de résistance aussi. Le commandement allemand y répond avec des opérations de représailles visant à anéantir les maquis et dissuader les populations d'aider les partisans.

Comme à Oradour-sur-Glane, le même jour (10 juin), une colonne de la division SS Das Reich entre dans le village de Marsoulas. «Marsoulas n'était pas leur objectif, ils étaient en route vers Betchat, pour y dénicher le groupe de résistance du ‘‘Capitaine Max''» explique Jean-Pierre Blanc. «Mais deux résistants, placés à Marsoulas en surveillance, ont attaqué la colonne à la grenade, ne faisant que quelques blessés, et déclenchant la réaction que l'on sait.»

Fils du maire de l'époque (Jean Blanc), Jean-Pierre Blanc est devenu le dépositaire de mémoire collective. Il avait 3 ans le 10 juin 1944 et n'a pas de souvenirs des événements mais il a longuement travaillé le sujet, a recueilli les témoignages de survivants, de membres de sa famille, de son père, rassemblés dans un livre.

Témoignages

«Les témoignages sont effroyables. Celui de Paul Cazenave, 10 ans à l'époque, raconte comment il a vu son père, sa mère et sa sœur être exécutés sur le pas de leur porte. Puis son frère – qui avait tenté de s'échapper – être ramené et abattu à son tour, à côté des corps de ses parents. De sa cachette, dans le pigeonnier, il verra également ses quatre voisins (la famille Audoubert) passer devant la maison pour aller se faire fusiller. Et il apprendra plus tard la mort de ses cousins Claude Michel, les jumeaux de 5 ans.»

D'autres évoquent la remontée rapide des troupes allemandes dans le village, maison par maison, les mitraillages, les cris, le massacre des enfants, les tentatives de fuite, le sang répandu dans la cour de récréation…

«Pour les Allemands, les résistants étaient tous des ‘‘terroristes'', pas des combattants. Et les populations étaient souvent soupçonnées de les aider. Tout était permis, y compris le massacre de civils» constate Jean-Pierre Blanc.

La difficile reconstruction

L'après 10 juin 1944 a été marqué par des actes de solidarités de la part des communes voisines, mais le village est resté traumatisé. Et divisé : «Mon père tenait beaucoup à conserver une indispensable ‘‘unité'' du village, mais c'était difficile. Les uns reprochaient aux deux résistants d'avoir causé ce massacre, d'autres louaient les actions de résistance. Mais tous souffraient de la perte de proches, d'amis, de voisins, tous avaient perdu une partie de leurs biens.» Aujourd'hui encore, les deux approches peuvent subsister, mais se rejoignent sur une conclusion unique : rien ne justifie un tel massacre.

Marsoulas en Comminges, Village martyr, 10 juin 1944, par Jacques Ducos et Jean-Pierre Blanc, aux éditions Catherine de Coarraze.


Le programme de la commémoration

à partir de 9 h 30, rassemblement des participants devant la mairie ; 10 heures, départ du cortège de la mairie au monument commémoratif.

10 h 15, recueillements devant la fosse commune au cimetière. 10 h 30, cérémonie du Souvenir à la stèle des Martyrs.

11 heures, dévoilement de la fresque de la Paix réalisée par les enfants du RPÏ Cassagne Marsoulas Mazères Ausseing Belbèze Escoulis, de l'école de Marsoulas1.

11 h 30, défilé vers la mairie et inauguration de la salle d'exposition (10 juin 1944).

12 heures, vin d'honneur offert à tous les participants.

Les enfants de l'école et la chorale de Couret animeront cette matinée du Souvenir, en présence d'un détachement militaire, de représentants des anciens combattants, associations et municipalités, invités à assister aux cérémonies avec leur Porte-drapeau.

1 : Cette fresque a été réalisée par les enfants de l'école, en coopération avec la mairie de Marsoulas, l'Association nationale des communes médaillées de la Résistance française, l'association des parents d'élèves et d'animations intercommunales (APEAI) et les prestations de l'association « lemouvementgraphique.com ».

Hervé Boucleinville

Tag(s) : #Guerres, #Marsoulas, #Comminges
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :