Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 
  • Marie-Christine Llorens devant le mur séparant les deux cimetières./  Photo DDM, Z. G.

     

Marie-Christine Llorens devant le mur séparant les deux cimetières./ Photo DDM, Z. G.

Publié le

Non, cela n'a rien à voir avec la canicule du mois de juillet ! Pas de décès à déplorer sur la commune. Par contre comme l'explique Marie-Christine Llorens, maire de Montespan, «le cimetière est saturé depuis très longtemps. Des Montespanais d'origine n'ont pas de concessions et on a une liste d'attente depuis plusieurs années. De plus nous avons une population nouvelle qui s'est installée, qui veut vivre et mourir ici. Depuis les 20 dernières années la population est en constante augmentation. On en est aujourd'hui à 501 habitants.»

Pour ce faire la commune a pu acheter, après neuf ans de procédure, un terrain de 1 710 m2. «On exploite 1 400 m2», poursuit Madame le maire. «On a voulu laisser un passage pour l'entretien des berges du ruisseau et on a vu également avec le conseil départemental l'alignement par rapport à la route. Cela permettra de garer les voitures. On accédera au nouveau cimetière par un passage aménagé dans l'ancien. Pour cela on doit déplacer une tombe avec l'accord du propriétaire. Ensuite on fera les allées et le cheminement afin que l'on puisse avec l'entreprise Campet, le CAUE et les pompes funèbres de Saint-Martory, gérer les emplacements et les constructions afin que ce ne soit pas anarchique comme dans l'ancien et que chacun soit traité de façon équitable. On a fait un calcul moyen, avec l'enquêteur public. Nous comptons pouvoir recevoir 750 personnes soit à peu près 150 tombes.»

 

Un deuxième cimetière

Il y a très peu de tombes à l'abandon. «Nous avons un cimetière également au hameau de Léoudary», poursuit Madame le Maire. «Ce hameau représente un tiers de la population montespanaise.» Les réductions de corps se pratiquent également afin de pouvoir intégrer le caveau familial. Par contre, même s'il existe un columbarium, la crémation n'est pas entrée dans les mœurs. La tradition c'est d'être inhumé au cimetière communal : «les derniers caveaux qui ont été bâtis l'ont été par des personnes bien vivantes aujourd'hui. Ça ne fait pas mourir ! ça évite juste des problèmes au moment des décès», conclut le maire.

Le coût total est de 96 000 € HT, subventionné par le Département, l'État et le fond de concours de la Communauté. Le reste à charge pour la commune est de 40 %.

Z. G

Tag(s) : #Montespan, #Canton de Salies, #Comminges
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :