Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les Niouzes de l'Ariège

Publié le 9 Mars 2020, 09:55am

Catégories : #Ariège#Couserans#politique#Ste Croix et Vous

Marché de Ste-Croix-Volvestre

 

La plupart des marchés, s’ils sont uniquement alimentaires, sont maintenus dans le département. "On veillera à ce que les règles soient respectées par tous", promet Patrick Trocars, président départemental des marchés de France.

"Bruno Le Maire (ministre de l’Economie et des Finances, NDLR) a été déçu d’apprendre qu’une centaine de marchés en France étaient supprimés à cause de la crise du Covid-19." Parmi la centaine de ces rendez-vous annulés par décision de maire, figure celui de Saint-Girons (lire par ailleurs).

Une décision qui n’est pas du goût de Patrick Trocars, président départemental de la fédération des marchés de France. "Je ne comprends pas la décision du maire de Saint-Girons. Il faut vraiment maintenir les marchés", explique-t-il.

En ce mercredi matin, il ne manque donc pas de se féliciter des décisions qu’ont prises plusieurs mairies de maintenir leurs marchés, "à condition qu’ils soient exclusivement alimentaires", précise Patrick Trocars. Il s’agit des communes de Foix, Pamiers, Lavelanet, Tarascon-sur-Ariège, Mirepoix, Ax-les-Thermes, Saverdun, Mazères, Alzen, La Bastide-de-Sérou, Le Mas-d’Azil et Massat.

Ainsi, dans la cité comtale, le marché se tiendra uniquement sur les allées de Villote. Un lieu qui n’a pas été choisi par hasard, selon le régisseur placier, Frédéric Maurell : "Cela permet d’avoir plus d’espace entre les étals, d’avoir surtout des allées plus large que sous la halle, et d’être à l’air libre. Il y aura un mètre linéaire entre chaque stand et les allées feront 2,50 m de large", détaille-t-il.

Par ailleurs, il annonce que "chaque exposant devra aussi mettre une note expliquant les mesures d’hygiène. Nous ne faisons que suivre les directives de la préfecture et le décret ministériel. Après, c’est aussi à chacun de faire attention à soi et aux autres", estime-t-il. Trente-huit commerçants (plats cuisinés, traiteurs, métiers de bouche…) sont attendus, au lieu des quatre-vingt habituellement présents.

"Et le commerçant qui ne respectera pas les règles sera exclu du marché", prévient Franck Trocars en citant l’exemple d’un commerçant qui, lundi, à Mirepoix, n’a pas eu l’autorisation de déballer… "Mais les clients aussi devront jouer le jeu. Notamment le respect des distances de sécurité, et l’interdiction de se servir soi-même : c’est aux commerçants de servir, nous sommes là pour ça", insiste le président départemental des marchés de France.

Lequel, au passage, regrette que les grandes surfaces ne soient pas soumises aux mêmes règles que les commerçants non-sédentaires. "Elles ont le droit de vendre des produits manufacturés — et elles ne s’en privent pas — quand nous sommes restreints à l’alimentaire. Je trouve que cela manque de solidarité", tacle Patrick Trocars.

Saint-Girons : "le risque est trop important"

François Murillo, le maire de Saint-Girons n’a pas pris la décision d’annuler le marché de samedi matin de gaieté de cœur. Mais il a préféré jouer la carte de la responsabilité : "Le risque est trop important au vu du monde qui fréquente le marché de Saint-Girons", explique-t-il. "Je n’ai pas assez de personnel, ni la possibilité physique vu la configuration, de limiter et de contingenter l’accès au marché", ajoute François Murillo qui indique avoir, avant de prendre cet arrêté, échangé avec la gendarmerie et les services de l’Etat.

Denis Slagmulder

Tag(s) : #Ariège, #Foires et Marchés, #COVID-19
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :