Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Covid-19 et confinement : où en est le marché immobilier ?

Vie des sociétés | 02.04.20

Partager sur :

 

Covid-19 et confinement : où en est le marché immobilier ? Batiweb

Depuis le début de l’épidémie et les mesures de confinement imposées en France, le marché de l’immobilier et à l’arrêt et retient son souffle : impossible pour le moment de prédire le scénario de la reprise. Report des déménagements, prolongation du délai de rétraction des compromis de vente… le point sur l’impact immédiat de cette situation inédite.

La crise liée au Covid-19 et les mesures de confinement qui ont suivi ne perturbent pas seulement les chantiers, mais aussi un autre secteur qui touche au logement : l’immobilier.

 

Alors que le secteur de l’immobilier s’attendait à un printemps exceptionnel, il est devenu, depuis le 17 mars, quasiment impossible de faire des visites, de faire réaliser un diagnostic immobilier, d’obtenir un prêt immobilier, de signer un acte de vente, ou encore de déménager.

 

A noter que les déménagements restent autorisés, mais seulement en cas d’urgence (comme un bail arrivant à son terme), et avec un nombre limité de personnes. Il est par ailleurs devenu difficile de faire appel à des déménageurs professionnels, ces derniers ayant pour la plupart préféré utiliser leur droit de retrait face aux risques de transmission du Covid-19.

 

Dans les faits, bon nombre de projets sont à l’arrêt. Location, vente, ou achat, tout le marché immobilier est désormais en stand-by. Preuve en est : la trêve hivernale a été prolongée de façon exceptionnelle de deux mois, jusqu’au 31 mai 2020, et la réforme des APL, qui était prévue au 1er avril, a de nouveau été reportée, cette fois-ci sans date précise. 

 

Concernant les achats, certaines mesures ont également été mises en place : l’ordonnance n°2020-306 du 25 mars 2020 institue, pour les compromis de vente, que les délais de rétractation qui n’étaient pas arrivés à terme au 12 mars 2020 sont prolongés et repartiront à zéro un mois après la fin des mesures d’urgence, pour une durée de dix jours.

 

En attendant de concrétiser leurs projets, les vendeurs et les acheteurs peuvent toutefois préparer leur dossier et continuer de prospecter en ligne.

 

Des agences immobilières qui trouvent la parade

 

Si les agences immobilières sont physiquement fermées, certaines se targuent toutefois de pouvoir poursuivre leur activité à distance, comme imkiz, qui se décrit comme une agence immobilière « 100 % digitale ». Elle affirme pouvoir estimer un bien grâce à un échange téléphonique avec le propriétaire, et les photos qu’il peut lui fournir. Ces dernières sont ensuite mises en valeur par une équipe de post-production dédiée, et l’annonce diffusée sur les réseaux de l’agence.

 

« Pendant cette période de confinement, si l’activité s’est un peu réduite, les acquéreurs sont toujours présents sur Internet et imkiz continue à recevoir chaque jour des demandes de contact », souligne l’agence. Les visites étant pour le moment impossibles à programmer, imkiz assure conserver les coordonnées de tous les acquéreurs intéressés pour pouvoir organiser une visite dès la fin du confinement.

 

Même son de cloche du côté de la start-up Gridky, qui compare les biens immobiliers pour guider les acquéreurs : « Le conseil et la vente à distance ne sont pas encore entrés dans les mœurs, faute d’habitude mais aussi parce que les outils pour le faciliter n’étaient pas encore mûrs. C’est désormais le cas, et les professionnels de l’immobilier n’auront d’ailleurs pas d’autre choix sur la période actuelle que de travailler à distance », estime pour sa part Mathieu Morio, cofondateur de Gridky.

 

Un mode de fonctionnement qui pourrait faire changer durablement les pratiques, même si la visite physique restera certainement de mise...

 

 

 

Tag(s) : #COVID-19, #BTP, #Immobilier

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :