Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ce secteur souhaite rouvrir rapidement./Photo DDM, Michel Viala

Ce secteur souhaite rouvrir rapidement./Photo DDM, Michel Viala

  •  

    Ce secteur souhaite rouvrir rapidement./Photo DDM, Michel Viala

     

Publié le 

Cafés, hôtels, restaurants, discothèques, tout ce secteur économique qui n’est pas autorisé (à l’exception des hôtels qui peuvent ouvrir) à reprendre une activité le 11 mai se mobilise. La principale organisation professionnelle, l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie, en lien avec les syndicats associés, a adressé le 21 avril des revendications au ministre de l’Economie en vue du plan de relance que prépare le gouvernement. Des revendications que le vice-président de l’UMIH de Haute-Garonne, Philippe Belot, a diffusées à la presse.

 

Le premier axe de ces propositions porte sur l’élaboration de protocoles sanitaires par secteurs et par métiers en association avec l’Etat. Le but, indique l’UMIH, est de parvenir à "une réouverture rapide de nos établissements".

 

Le second chapitre concerne des mesures de soutien et de relance. L’organisation professionnelle demande par exemple l’exemption du paiement des charges sociales (hors cotisations salariales) du 15 mars au 31 décembre 2020, l’exemption également des charges fiscales et l’annulation des loyers pour six mois. L’UMIH souhaite la prolongation des mesures en faveur de l’activité partielle jusqu’au 15 mars 2021. Elle attend que plus d’entreprises puissent accéder au fonds de solidarité. Mais aussi "une prise en charge de tout ou partie de la perte d’exploitation" par les assurances.

La Dépêche du midi

Tag(s) : #Commerces, #COVID-19

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :