Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 
  • Monique Loubet, un rayon de soleil dans l’univers des personnes âgées confinées et isolées /photoDDM. ZG)Monique Loubet, un rayon de soleil dans l’univers des personnes âgées confinées et isolées /photoDDM. ZG)
    Monique Loubet, un rayon de soleil dans l’univers des personnes âgées confinées et isolées /photoDDM. ZG)

Publié le  , mis à jour 

Toute l’année, elles sillonnent le territoire de la communauté de communes Cagire Garonne Salat à bord de leur petite voiture électrique verte et blanche: ce sont les aides-soignantes à domicile du Service de Soins Infirmiers à Domicile (SSIAD).

Monique Loubet raconte : "Nous sommes une dizaine avec les infirmières. Dès l’annonce du confinement, nous avons continué les tournées comme d’habitude, tous les jours de 7h30 à 12h30 et de 15h à 19h30, avec en plus les gestes barrières et les mesures de protection et d’hygiène spécifiques à la pandémie."

"La seule visite de la journée"

Pour les personnes âgées -certaines ont 100 ans- leur venue est un rayon de soleil : "Beaucoup d’entre elles vivent seules, sont isolées dans des fermes. Avant, elles discutaient avec une voisine qui passait, mais là c’est devenu plus compliqué. Nous sommes pratiquement les seules personnes qu’elles rencontrent avec le médecin ou l’aide-ménagère. D’habitude, on prend un petit café avec elles, mais là ce n’est plus possible. Alors, on s’attarde un peu pour discuter."

Le métier d’aide-soignant, c’est une vocation, un sacerdoce. Monique me montre ses mains et bras avec des traces de brûlures provoquées par le frottement des gants et du gel hydro alcoolique. Le masque également laisse des traces autour des yeux et des douleurs derrière les oreilles. Mais ce n’est pas cela qui l’arrête !

À rajouter le nettoyage et la désinfection des voitures après chaque tournée, matin et après-midi : "On prend notre service à 7h30 mais il faut être présent au moins une demi-heure avant pour se changer, mettre les blouses, préparer tout le matériel du confinement. En rentrant, on désinfecte les voitures, même si une employée de la Communauté repasse nettoyer à fond. Il faut le faire au cas où quelqu’un prendrait la voiture entre-temps". Le soir à 19h30 même lavage des voitures. Avant de laver les vêtements, sécher, repasser : on rentre chez soi vers 20h pour se doucher, se changer…"

"Les gens nous attendent"

Les soins aussi ont évolué : "Fini, les douches à cause des masques qui s’imprègnent d’humidité. On leur fait la toilette à l’ancienne." Les gestes barrières encore : "Désinfecter les poignées de porte en entrant, en sortant. On met une surblouse qui reste à demeure chez chacun des patients. Changer les gants, le gel…"

Mais Monique ne se plaint pas du travail : "Il faut le faire, les gens nous attendent". Une seule chose agace cette dame gaie et chaleureuse : "Dans les commerces, des gens ne respectent pas la distanciation. Ils ne se rendent pas compte ! Je ne peux pas me permettre de tomber malade, pour moi, pour mes personnes âgées, pour mes collègues. Certaines ont des pathologies et il ne faut pas jouer avec ça." Une explication supplémentaire : "Les gens quand ils nous voient passer, seule dans une voiture, avec le masque sur le visage, font des réflexions, ce n’est pas utile, etc. Mais un masque, où on le met, où on l’enlève. Et si on l’enlève, on le jette et on en remet un autre, mais on ne s’amuse pas à l’enlever et le remettre. Ça ne servirait à rien. On le garde donc pendant au moins une tournée, quatre heures."

Zoé Gauthier

Tag(s) : #COVID-19, #Mane, #Santé, #3CGS
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :