Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Ajouter cette page à vos favoris

Le confinement a entraîné une augmentation importante de l'usage des lingettes imprégnées de produits pour nettoyer toutes sortes de surface. Or beaucoup sont ensuite jetées dans les toilettes après usage et endommagent le réseau d'assainissement.

Depuis déjà quelques années les professionnels de l'assainissement alertent sur l'usage des lingettes qui finissent dans les toilettes. Biodégradables ou non, ces dernières bouchent les canalisations et endommagent les réseaux dans son ensemble. Mais depuis le début du confinement cette situation s'est nettement aggravée, comme nous l'explique Arnaud Lavalette, directeur des opérations de la Région Sud chez Veolia.

Les agents de l'assainissement qui interviennent sur le terrain sont de plus en plus sollicités pour des problèmes de canalisations bouchées. Aussi les dégrilleurs placés en tête de la station d'épuration Maera qui traitent les eaux usées de 470 000 équivalents habitants de la métropole de Montpellier, sont constamment recouverts de ces lingettes, ce qui augmente le risque de déversements d'eau non traitée dans l'environnement. C'est pourquoi des quantités importantes de lingettes se retrouvent le long des cours d'eau ou même dans les arbres après des crues.

Malgré les alertes des professionnels de l'eau, la situation ne s'améliore pas. C'est le constat que fait la directrice de l'eau et de l'assainissement de Montpellier Méditerranée Métropole, Florence Fuchs. La collectivité communiquerait autant qu'elle peut sur le sujet, mais force est de constater que cela ne fonctionne pas. La raison serait marketing, car sur les emballages, certaines marques indiquent en gros « biodégradables » mais oublient de préciser de ne pas jeter les lingettes dans les toilettes. Une communication qui va totalement à l'encontre de ce qu'il faudrait faire, selon Arnaud Lavalette. En fait, les lingettes mettraient trois mois avant de se dégrader dans des conditions optimales.

Néanmoins, malgré ces difficultés et le contexte actuel, la continuité des services d'assainissement reste assurée, mais certains travaux importants ont été mis de côté, précise Florence Fuchs. Des projets qui vont devenir des urgences si la situation persiste.

Découvrez, dans la vidéo, les interviews de ces deux acteurs du secteur de l'assainissement de l'eau.

1 réaction à cet article

 

Les gens sont bizarres, c'est moins fatigant de mettre à la poubelle, sauf évidement si on paye au poids une ânerie inventé par des mairies ayant trop souvent délégué à une société privée, nous c'est la communauté de communes, c'est au volume et ça ne prend pas de place

pemmore | Aujourd'hui à 09h52
 
Tag(s) : #Environnement, #COVID-19

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :