Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Bonne fête à toutes ces mamans qui ont été vraiment formidables pendant la crise de coronavirus
  • Aurélie à la tête de la banque alimentaire et maman d’Arthur (4,5 ans) et Eva (2,5 ans)

    Aurélie à la tête de la banque alimentaire et maman d’Arthur (4,5 ans) et Eva (2,5 ans) HAUTE-GARONNE - XAVIER DE FENOYL /

Publié le

l'essentiel C’est aujourd’hui la fête des mères. L’occasion pour nous de mettre en avant des mamans qui ont été particulièrement actives durant le Covid.

  • Aurélie à la tête de la banque alimentaire et maman d’Arthur (4,5 ans) et Eva (2,5 ans)

La crise du Covid-19 ayant précipité de nombreuses familles dans la pauvreté, Aurélie Racine, 38 ans, directrice de la Banque alimentaire de Toulouse, a dû répondre, dans l’urgence, à cette nouvelle détresse. « Cela a primé sur tout, il fallait vraiment qu’on soit là. Avec le covid, la banque alimentaire est passée de 100 à 170 tonnes distribuées par semaine et de 12 000  à 22 000 bénéficiaires », annonce-t-elle. Avec des journées à rallonges, des week-ends occupés par des visio-conférences, cette maman divorcée a pu compter sur l’aide précieuse de sa propre mère, venue se confiner avec elle.

« Elle a pris le relais pour que je puisse partir très tôt, rentrer très tard, ne pas réfléchir à ce que mes enfants allaient manger, quand ils prendraient leur bain… » Durant cette période très intense, Aurélie consacrait tout son temps libre à Arthur et Eva, « en leur lisant des histoires, faisant une partie de jeu… Je reste émerveillée par mes enfants.Je trouve que ce sont des individus extraordinaires. Je suis ravie qu’ils soient dans ma vie. Je leur suis reconnaissante pour tout ce qu’ils m’apportent. Dans mes fonctions, je m’efforce aussi de bâtir un monde juste et équitable pour eux. »

  • Chloé, couturière  et maman de Tylio (5 ans)

Durant le confinement, Chloé, 35 ans, a fait tourner sa machine à coudre à plein régime. « J’ai fabriqué des masques pour une maison de retraite à Montaudran. Ils avaient un besoin urgent, donc j’ai dû en faire une centaine dans un week-end. Je n’ai pas chômé », se souvient – elle. Couturière professionnelle à CCDille, Chloé a arrêté de fabriquer des masques, « il y a 10 jours. Mais depuis le 17 mars, c’était du non-stop.

 

Chloé, couturière et maman de Tylio (5 ans)
Chloé, couturière et maman de Tylio (5 ans) - DDM

 

J’ai dû en faire 500 au total ainsi que des surblouses avec des rideaux de douche ». Maman d’un petit Tylio, Chloé travaillait beaucoup « entre midi et deux, le soir lorsque mon fils était couché et beaucoup les jours où il était chez son père ». Durant cette crise du Covid, Chloé s’est sentie utile, « vu qu’il y avait pénurie de masques, les gens étaient pleins de gratitude pour mon travail ».

  • Delphine, Aide-soigante et maman de Capucine (6 ans) et Juliette (3 ans)

Concilier son métier d’aide-soignante au service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Purpan de Toulouse, avec son rôle de maman, Delphine, y parvient grâce au soutien quotidien de son mari. Durant cette crise sanitaire, elle a donc été sur le pont. «Mes journées étaient intenses et bien remplies. Debout à 5 heures, pour prendre mon service à 6 h 30 et finir à 14 heures, j’étais de retour à la maison pour relayer le papa qui partait travailler, auprès de nos deux filles. »

 

Delphine, Aide-soigante et maman de Capucine (6 ans) et Juliette (3 ans)
Delphine, Aide-soigante et maman de Capucine (6 ans) et Juliette (3 ans) - DDM

 

Dans son service, Delphine assurait « la prise en charge complète des malades du Covid. Pour nous, en raison de notre spécialité, cette pathologie n’est pas extraordinaire. On sait les précautions à prendre », précise l’aide-soignante de 36 ans. Cette fois, ce qui a changé pour Delphine, « c’est qu’on avait un service orienté uniquement sur cette pathologie a-vec du personnel venu renforcer notre équipe qu’il a fallu former le plus rigoureusement possible ». En ce dimanche de fête, Delphine pense avant tout à sa maman. « J’ai prévu un déjeuner et une petite attention pour elle », glisse-t-elle.

  • Agathe, factrice et maman de deux filles : Catia (7 ans) et Lisa (4 ans)

Factrice à Toulouse, Agathe, 32 ans, n’a jamais arrêté de distribuer le courrier durant la crise sanitaire. Si la part de lettres a diminué, elle s’est retrouvée à délivrer beaucoup de colis. En tournée, Agathe porte le masque et se lave les mains très souvent avec du gel « comme on touche tous les boutons d’immeuble ».

 

Agathe, factrice et maman de deux filles : Catia (7  ans) et Lisa (4 ans)
Agathe, factrice et maman de deux filles : Catia (7 ans) et Lisa (4 ans)

 

Assez vite, elle s’est portée volontaire pour faire du portage de repas aux personnes âges, suite à la fermeture des Restos seniors. « Je trouvais que ça avait du sens de garder le lien avec eux, parce qu’en tant que facteur, ce sont ceux qu’on voit le plus sur nos tournées ». Agathe a aussi pris part à la distribution des masques. Et quand, elle rentrait le soir, cette maman de deux jeunes filles, jetait un coup d’œil sur les devoirs « vu que ce n’est pas trop la partie de mon mari. Mais il y a des journées où je ne les ai pas trop vues. ». Ce dimanche, elle va se rattraper.

  • Saïda, infirmière et maman de Rayan (6ans) et Adam (8 mois)

Saïda est infirmière en réanimation, à l’hôpital Purpan de Toulouse, depuis 9 ans. Pour faire face à la pandémie, elle a vu son service se réorganiser afin « d’accueillir le plus de monde possible. La difficulté a été là parce que des patients sous respirateur, c’est notre quotidien », note l’infirmière de 33 ans.

 

Saïda, infirmière et maman de Rayan (6 ans) et Adam (8 mois)
Saïda, infirmière et maman de Rayan (6 ans) et Adam (8 mois) - HAUTE-GARONNE - MICHEL VIALA

 

Celle-ci a vu affluer de nombreux collègues en renfort, « à qui il a fallu transmettre notre façon de travailler », poursuit Saîda. Infirmière « par vocation », cette maman de deux garçons est épaulée « par un mari solide. Notre couple fonctionne en relais ». Investie « à 100 % » dans ses rôles de mère et de soignante, Saïda a une vie très intense. « À côté de ça, on reçoit beaucoup de bonheur et de gratitude. C’est ce qui fait qu’on avance et qu’on tient », dit-elle.

  • Edwige, caissière et maman de deux filles

Edwige, 42 ans, est caissière au Carrefour Labège depuis 22 ans. Durant le confinement, elle a continué à travailler, tout en gardant un œil sur ses deux filles, Manon (16 ans) et Anaïs (12ans). « Mon mari, qui était en chômage partiel, est resté avec elles pour ne pas les laisser seules toute la journée, même si elles sont grandes », précise Edwige.

 

Edwige, caissière et maman de deux filles
Edwige, caissière et maman de deux filles - DDM

 

Pour elle, le travail derrière la caisse s’est révélé « très anxiogène » pendant le confinement, avec des clients « agréables les quinze premiers jours. Puis, ils ont commencé à se plaindre de la pénurie des produits, du port du masque… » Après ces journées pas toujours faciles, Edwige avait le plaisir de trouver le repas prêt en rentrant, « ma famille s’est montrée plus attentionnée ». Pour cette fête des mères, elle se réjouit partager ce moment avec eux, « pour nous, c’est un moment important ». Côté cadeau, Edwige ne dirait pas non à un petit massage. « J’en ai vraiment besoin ! ».

  • Aurélie, agent d’entretien, maman de trois enfants

Agent de propreté à Revel, Virginie, 40 ans, intervient dans les entreprises et chez quelques particuliers. Pendant le covid-19, elle a maintenu son activité, il lui arrivait même de passer deux fois par jour dans certaines sociétés « pour désinfecter les points de contact principalement ». Parallèlement, Virginie a continué à faire le ménage « chez un monsieur de 6 0 ans, isolé, qui a une grande maison ».

 

Aurélie, agent d’entretien, maman de trois enfants
Aurélie, agent d’entretien, maman de trois enfants - DDM

 

Maman de Killian (18ans), Emy (16ans) et Savannah (10 ans), Virginie a pu compter sur ses aînés « qui ont géré la plus petite même si cela n’a pas été toujours évident pour eux car ils devaient assurer leurs devoirs, l’entretien de la maison… » Ce dimanche, elle a prévu de préparer « un repas en petit comité. C’est tout ce qui me fait plaisir. »

Dossier réalisé par Sophie Vigroux

 
Tag(s) : #Fêtes, #Cassagne

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :