Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les iris d'eau

Les iris d'eau pour bassin sont plus variés que l’on ne pourrait le croire. Le plus local d’entre eux, l’iris des marais, offre sa magnifique floraison jaune vif dès le début du printemps, tandis que les iris d’eau japonais rafraîchissent les étangs ensoleillés de leurs intenses teintes bleues. Tous ces iris n’ont pas non plus les mêmes goûts. Certes ils aiment tous l’eau, mais l’iris de rive est le seul à vouloir avoir les pieds secs en hiver, certains tolèrent un peu de calcaire alors que d’autres sont farouchement calcifuges. Par contre tous se prêteront avec bonheur à habiller les contours des points d’eau de votre jardin, ou à fleurir dans le grand bac d'eau du balcon !

L’iris des marais

L’iris des marais, Iris pseudacorus, est un grand iris d’eau jaune. On le trouve à l’état sauvage en France et dans toute l’Europe, mais aussi en Afrique septentrionale et en Asie Occidentale.
Il se plaît au bord des étangs, marécages et autres points d’eau, immergé sur 40 centimètres, et tolère un peu de calcaire. Il forme une touffe dense et vigoureuse. De grande taille, souvent plus d’1 mètre, sa grande tige et ses longues feuilles démarrent sur un rhizome charnu et ramifié. L’iris des marais fleurit au printemps, dès le mois de mars.
Ses fleurs sont jaune vif maculées de brun, composées de 3 grands sépales tombants et de 3 pétales plus petits et dressés. Il se reproduit par des capsules contenant plusieurs graines qui flottent sur l’eau.
On en trouve également un cultivarun iris d’eau blancIris pseudacorus ‘Alba’, aux fleurs blanches et jaunes.

L’iris des marais

À savoir : cet iris d’eau est dépolluant, souvent utilisé dans les systèmes de lagunage.

L’iris de berge

L’iris d’eau japonais Iris laevigataest un iris d'eau bleu originaire de Sibérie, on le trouve en Russie, en Chine, en Corée et au Japon où il vit principalement en terrains très humides, en bords de lac, de mares. Il aime être immergé de 10 à 15 centimètres, dans un terrain acide à neutre et riche, sous une exposition bien ensoleillée. Il sera mis en place au printemps.
C’est également un iris à rhizome de grande taille, entre 70 centimètres et 1,50 mètre. Ses feuilles linéaires et pointues sont dépourvues de nervure. Il fleurit à partir du mois de juin jusqu’au mois d’août, de fleurs bleu lavande ou bien jaunes et blanches avec une touche de bleu (la plus grande partie des sépales et pétales est blanche et la partie la plus étroite bleue pour les petites, jaune pâle pour les grandes). On trouve plusieurs variétés de cet iris japonais, ou iris de berge :

  • L’iris japonais ‘Queen Victoria’ : une variété aux fleurs roses.

  • L’iris japonais ‘Variegata’ : un feuillage panaché de blanc.

L’iris de rive

Cet iris, Iris ensata, est également originaire du Japon et est assez rustique (-15°). Il se plaît au soleil, au bord des étangs ou en terrains frais, en sols neutres et riches (argileux, sableux) mais, contrairement à son cousin Iris laevigata, c’est seulement le printemps et l’été qu’il aime avoir les pieds dans l’eau, immergé jusqu’à 10 centimètres. L’hiver par contre, son rhizome devra rester au sec, il sera donc installé en panier pour pouvoir être déplacé facilement.
Son rhizome produit une tige et de longues feuilles formant une touffe d’1 mètre environ de hauteur. Ces feuilles sont marquées par une nervure saillante. Ses grandes fleurs pourpres à rouges maculées de jaune d’or apparaissent au début de l’été. L’Iris ensata ‘Diamant’ montre des fleurs d’un blanc pur tachées de jaune d’or.
Sa plantation s’effectue au printemps. Il pourra aussi être installé en terre, mais sera alors abondamment arrosé entre mars et la fin de l’été.

L’iris versicolore

Appelé également iris clajeux, cette plante est originaire d’Amérique du Nord, elle est d’ailleurs la fleur emblème du Québec. Elle vit également au bord des cours d’eau ou dans les prairies détrempées.
L’iris versicolore est strictement acidophile et il apprécie le soleil (ou éventuellement une ombre matinale). De par ses origines, il est très rustique.
Comme les autres iris aquatiques, il forme une touffe dressée de feuilles linéaires en forme de glaive, mesurant de 40 à 60 centimètres de hauteur. Ses fleurs bleu lavande sont plus claires au niveau des 3 petits pétales et maculées de blanc et d’un peu de jaune sur les 3 grands sépales. Elles sont grandes, entre 4 et 10 centimètres.
L’iris versicolore ‘Kermesina’ est une variété très proche de l’espèce type mais dont les fleurs sont pourpres, pareillement tachées de jaune et de blanc.
Il se plante au printemps, à la fin des gelées nocturnes. Il sera immergé dans environ 5 cm de boue ou de sable.

La plantation des iris d’eau

Les iris d’eau sont des plantes de bassin, qui borderont aisément vos points d’eau, au jardin comme au balcon, et y apporteront la vivacité de leur feuillage élancé et de leur floraison colorée.

  • Ils se plantent de préférence dans des paniers à immerger, pour mieux pouvoir contenir leur développement. Choisissez-leur des paniers larges et peu profonds que vous remplirez de terreau spécifique pour les plantes aquatiques. Ils ont en effet besoin d’un substrat riche, argileux ou sableux.

  • Réalisez des petits groupes pour un bel effet immédiat, 2 à 3 rhizomes par panier, espacés de 15 à 20 centimètres, mais les iris d’eau se développeront mieux s’ils disposent de suffisamment d’espace, une trentaine de centimètres entre chaque rhizome.

  • Rabattez leur feuillage de deux tiers pour faciliter la reprise de vos iris aquatiques.

  • Les rhizomes doivent affleurer le haut du panier. Recouvrez de terreau puis tassez bien. Si des poissons occupent votre bassin, déposez une couche de pouzzolane sur le terreau, qui empêchera les habitants de venir déterrer les plantes. Vous installerez les paniers de 10 à 40 centimètres de profondeur, en fonction de l’espèce choisie.

L’astuce : les iris d’eau sont des végétaux qui prennent une belle hauteur. Pour éviter le renversement du panier les jours de grand vent, pensez à en lester le fond avec des pierres.

L’entretien

Les iris d’eau ne demandent aucun entretien particulier. Il est déconseillé de leur apporter un quelconque engrais pour ne pas polluer le point d’eau. Seules les fleurs fanées et les feuilles sèches peuvent être rabattues.
Ils sont peu attaqués par des prédateurs, seule la mouche blanche ou la grande sauterelle verte peuvent éventuellement s’y attaquer sans pour autant être très dangereuses.
Leur multiplication est très facile lorsqu’elle s’effectue par division du rhizome. Elle se réalise après la floraison, généralement en automne, tous les 3 ans environ pour rajeunir les touffes. Les éclats doivent être repiqués immédiatement.

Attention : les iris d’eau, comme la plupart des membres de leur genre, contiennent des glucosides toxiques (l’iridine), provoquant des irritations cutanées par contact et des vomissements et diarrhées chez les mammifères, notamment chez le bétail ruminant.

 

Conclusion
Vous privilégierez l’installation de vos iris d’eau en paniers immergés, qui vous permettront de maîtriser leur développement parfois véhément et de respecter les différents besoins de chacun, profondeur d’immersion, soleil ou mi-ombre, calcaire ou acide. Mais malgré ces quelques différences, tous les iris d’eau sont des végétaux à l’entretien simplissime et pourtant ô combien charmants lorsqu’ils ornent les abords d’un bassin. Jaunes, bleutés, roses, blancs, leurs teintes sont lumineuses et se marient aussi bien entre elles qu’avec roseaux et autres carex qui peuvent facilement les accompagner.

Tag(s) : #Environnement, #Agriculture, #Jardinage

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :