Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La télé du Covid

Deux mois en face à face avec la télé...

Pour ceux qui ne travaillaient pas à l'extérieur ou qui étaient en télétravail, la principale occupation restait la télé.

La télé ça peut être l'enfer ou le paradis, selon les chaînes que l'on choisit.

Perso je n'ai pas souffert des télés.

Alors qu'une grande partie de nos compatriotes s'angoissaient devant les chaînes d'informations en continu que j'ai définitivement qualifié de télés poubelles, pour savoir où en était l'évolution de la pandémie, écoutant la litanie des morts du professeur Salomon, les pseudos débats médicaux avec ou contre le professeur Raoult, les pseudos débats des pseudos journalistes s'acharnant sur le gouvernement, etc... moi je regardais la chaîne Voyage, ou Arte, ou les chaînes Histoires. Avec une concession pour les films de l'après midi qui avaient le mérite au moins d'apporter un peu de sourire, de rire, d'humour et aussi de culture du temps d'Avant... Et également, Nagui et N'oubliez pas les paroles ! De la gaieté, de la rigolade et les conseils de Nagui qui souvent valaient mieux que ceux des pseudos journalistes ou  experts en tout genre.

Alors vous allez penser que c'est peut-être la politique de l'autruche pour ne pas savoir ? Franchement avec le recul, est ce que ceux qui ont stressés devant les infos, les annonces contradictoires des uns et des autres, les suppositions et hypothèses ne reposant sur rien, émises par des pseudos spécialistes, est ce que vous avez appris quelque chose ? Est ce que ça valait la peine de s'angoisser ?

Alors qu'avec la chaîne Voyage par exemple, rien de tout ça. Et je vous la recommande pour le prochain confinement !

Pour plein de raisons ! Déjà parce que des voyages... Il va falloir attendre pour en faire, surtout à l'étranger... Et donc vous pouvez déjà voyager dans votre fauteuil, il y a de superbes reportages partout dans le Monde. 

Pendant ces deux mois j'ai dû voir tous les trains, que je ne prendrais jamais je suppose, ou alors faudrait une autre vie, une autre jeunesse et sans Covid... Le train de La Paz en Bolivie, un des plus haut du Monde 4265 mètres, le train qui traverse les Etats Unis, celui du Tibet, de la Birmanie, les méga trains du Canada ou d'Australie, et puis les petits trains des Alpes de Chamonix ou celui de Poudlard en Écosse, le transsibérien, etc...

Cela peut paraître futile et pourtant... Dans les trains on filme aussi les voyageurs et les villes et les gares, et hormis dans quelques pays occidentaux, je peux vous assurer que même avec le Covid, vous préféreriez continuer à vivre en France.

Et tous les râleurs, qui se plaignent pour un oui pour un non, une fois que vous avez regardé quelques documentaires sur l'Asie ou l'Amérique latine ou l'Afrique, je pense que le Covid a côté c'est presque rien. Quand dans les montagnes de l Afganhistan l'espérance de vie des bergers n'excède pas 40 ans, et quand vous voyez que dans la plupart des pays d'Asie le port du masque est une constante depuis 20 ans dans la rue, les transports, et ne fait pas débat... comment peut-on encore rouspéter parce qu'il nous manque ceci ou cela ?

Alors on parle beaucoup de résilience en ce moment... Regarder Voyage c'est faire acte de résilience! C'est comprendre que notre façon de vivre n'est pas la seule, que d'autres habitants sur la planète ont d'autres priorités qui sont différentes mais tout aussi importantes que les nôtres. Chercher à se nourrir par la pêche, la chasse, l'agriculture... Ce ne sont pas des loisirs pour eux, c'est juste survivre, c'est juste la routine, c'est juste leur quotidien.

Après il y a les deux chaînes d Histoire qui sont des mines de connaissances. Et qui permettent de comprendre que l'histoire se répète, qu'il n'y a pas de mémoire de l'histoire, que l'on répète les mêmes erreurs encore et encore. Et donc pour essayer de s'en sortir, je crois qu'il est préférable de se pencher sur le passé, il y a tant d'enseignements a en tirer. Les solutions elles sont aussi dans le passé. Des pandémies, des confinements ce n'est pas nouveau, ça a existé et ça continuera ..

Des hommes, des femmes se sont penchés sur les maladies contagieuses, surtout dès qu'avec les bateaux on a commencé à passer d'un continent à un autre, qu'on est allé faire la guerre ou du commerce avec des pays éloignés. On a toujours ramené des maladies et on a en aussi apporté ailleurs. Adrien Proust a travaillé sur les épidémies, sur l'hygiène, sur les soins... au 19eme siècle. Mais voilà, souvent on préfère ré inventer la roue... et recommencer les mêmes erreurs plutôt que de reconnaître que d'autres avant nous se sont déjà penchés sur le problème. L'humain est ainsi fait, on n'arrivera pas à le changer. Il n'y a que dans les tribus d'Afrique ou d'ailleurs ou les jeunes écoutaient les anciens...

Je dis tout ça, je dis rien.. 

Si vous suivez mon blog, vous êtes habitués à mes pérégrinations. Personne n'est obligé à rien! Je raconte mes petites histoires parce que je sais bien que ce n'est pas drôle déjà ce qui nous arrive, mais faut positiver ! Dans un an ou deux ce sera fini, on oubliera. En attendant il ne faut pas se laisser dicter notre avenir par une boîte en plastique et les guignols qui sont à l'intérieur et se laisser démoraliser, il n'y a pas de raison. C'est pas comme si vous viviez sur les bateaux du Mékong, et que la mousson emporte votre maison a chaque passage. . et ça c'est pas de l'histoire, c'est pas non plus le Covid, c'est leur routine d'aujourd'hui, c'est leur vie.

Alors, pour profiter des beaux jours, de la vie dans un pays comme le nôtre, ou certes tout n'est pas parfait, je crois qu'il ne faut pas écouter certaines chaînes, elles sont nocives, malsaines et ne contribuent qu'à aggraver le désarroi des gens. Prenons exemple sur le cantonnier .. et attaquons nous aux mauvaises herbes ! Au moins le résultat est concret, à lui ça le rend heureux et ça rend heureux les gens autour. 

Je dis ça, je dis rien...

 

 

Tag(s) : #COVID-19

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :