Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

  • En 1989, les enfants de l’APEAI avaient redécouvert la grotte du Tarté.
    En 1989, les enfants de l’APEAI avaient redécouvert la grotte du Tarté. PhotoDDM, Z.G.Archives

Publié le  , mis à jour 

Cette histoire est extraite de la monographie de Joseph Blanc qui fut maire de la commune de Cassagne de 1977 à 1988. Passionné par son village, il a retracé les contes et légendes locales, parfois de simples faits divers embellis par le temps, parfois des histoires inexplicables dans les siècles où elles se déroulaient. Ce sont la plupart du temps des évènements à caractère dramatique et inexpliqué.

 

Il en va ainsi des "Histoires du Monde Souterrain".

 

Comme la plupart des contrées à rochers calcaires, les environs de Cassagne possèdent plusieurs cavernes ou abris naturels : dans la vallée du Laouin, les grottes de Marsoulas, du Tarte et de la Teoule, sous les escarpements de l’Arroucaou, le trou de la Crambo, enfin dans les bois de Montaoudech, la Tuto de l’homme mort.

La grotte de Marsoulas, célèbre par ses vestiges préhistoriques, passe aussi d’après une vieille tradition populaire pour avoir été la demeure d’êtres mystérieux, appelés "Eras hados", d’où son ancien nom de "Tuto deras hados" (antre des fées).

Les Hados étaient des personnages d’apparence humaine, mais ils présentaient une curieuse particularité d’avoir les pieds palmés. Difficilement visibles car ils sortaient seulement la nuit, ils connaissaient tous les secrets de la nature et possédaient des pouvoirs de magie. À ce titre, ils étaient tout spécialement craints et respectés.

Pour s’attirer leurs faveurs, les habitants des alentours apportaient quelquefois des offrandes en nourriture à l’entrée de la grotte, mais nul ne se serait risqué à l’intérieur par peur de déranger les occupants et de subir leurs sortilèges. Cette croyance était si vivace qu’en 1884, lorsque le célèbre archéologue ariégeois Cau Durban se proposa d’entreprendre des fouilles dans la caverne il se heurta à l’opposition du propriétaire qui ne voulait pas risquer de mécontenter ses inquiétants locataires.

Un homme intrépide

Il y eut cependant un homme du Tarte, plus intrépide que les autres, qui résolut d’aller lui-même voir les Hados de plus près. Il se cacha, une nuit, dans les buissons, aux abords de la grotte et après une longue attente il vit sortir une fillette accompagnée de sa mère.

Dès qu’elles passèrent près de lui, il saisit prestement l’enfant et l’entraîna en courant avec lui vers le Tarté. Dans sa fuite, il entendait les cris de sa mère, laquelle s’apercevant qu’elle ne pourrait le rattraper lança à l’adresse de sa fille une dernière recommandation : "Cau cap que digues poude dera houeillo bet bern" (surtout ne dévoile pas le secret de la feuille de l’aulne). Intrigué par cette phrase, l’homme, à peine arrivé chez lui barricada portes et fenêtres, puis se mit à interroger la fillette sur le secret de la feuille de l’aulne. Mais alors qu’elle était sur le point de répondre, un coup de vent violent fit ouvrir une fenêtre avec fracas en éteignant les chandelles. La fillette bondit aussitôt vers cette ouverture, et après l’avoir franchie sans difficulté s’échappa dans la nuit noire.

Quelques jours plus tard, un incendie inexplicable consumait entièrement la maison de son trop curieux ravisseur : simple coïncidence ou vengeance des habitants de la grotte ? On ne saura jamais, mais il est certain que depuis lors personne n’a plus cherché à rencontrer les Hados, ni à percer leur secret.

Z. G

Tag(s) : #Cassagne, #Comminges, #Haute-Garonne, #Patrimoine

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :