Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les ados lors de leur séjour à Leucate.

Les ados lors de leur séjour à Leucate.

  •  

    Les ados lors de leur séjour à Leucate. PhotoDDM.

     

Publié le  , mis à jour 

Plusieurs dispositifs pour les vacances et à l’intention des jeunes ont été mis en place par l’APEAI (Association de Parents d’Elèves et Animations Intercommunales) cet été. William Giaveri, coordinateur de l’association, explique.

Cette année, vous êtes "colos apprenantes". C’est-à-dire ?

On est labellisé "colos apprenantes" par la DDCS (Direction Départementale de la Cohésion Sociale) de la Haute-Garonne, sur deux séjours ados et préados d’une semaine chacun que l’on a mis en place à Leucate (séjours qui sont prévus chaque année). On a mis en place des débats avec les jeunes en plus des animations habituelles. Ce label va nous permettre de toucher des financements supplémentaires.

Par rapport aux autres années, vous avez dû annuler des séjours ?

Oui. On en a annulé trois autres au vu du Covid. Le séjour "ferme" pour les petits ne pouvait pas être mis en place du fait qu’il se déroulait dans des bungalows. On a eu aussi beaucoup de désistements des familles.

Des difficultés pour tout mettre en place ?

Il a fallu s’adapter avec des dispositifs assez lourds à gérer. Pour les repas que l’on confectionnait auparavant avec les jeunes, ça n’a pas été possible. Il a fallu les faire livrer, ce qui représente un coût bien plus élevé.

Combien d’enfants ont pu partir ?

Il y avait 10 jeunes pour les ados et 22 chez les préados. Mais en temps normal, on a une capacité de 122 enfants. On est à 30 % des effectifs des autres années.

D’autres dispositifs ont été mis en place ?

Oui. Ce sont des aides attribuées aux centres de loisirs et qui nous ont permis de mettre en place "les vacances apprenantes" avec l’école de Mazères-sur-Salat, l’Education nationale (N.D.L.R. notre article du 23 juillet). Nous avons également pu bénéficier d’une aide de l’Etat pour pallier le surcoût que va engendrer l’organisation face au Covid. On a dû agencer différemment l’accueil des enfants pour éviter le brassage. Avec suppression des navettes entre communes, suppression des repas chauds qui sont remplacés par des repas froids que nous fournissons à l’exception des pique-niques lors des sorties.

On sort localement (Aurignac, Mane, Saint-Gaudens) grâce aux navettes de la 3CGS. L’Accueil de Jeunes fait, lui, des sorties un peu plus éloignées.

Quelle est la fréquentation des centres de loisirs ?

Sur l’Accueil de Jeunes, une quinzaine d’inscrits. Sur Mane et Mazères, c’est une trentaine d’enfants par site. On est à moins 39 % par rapport à l’an dernier.

Comment sont sélectionnés les enfants prioritaires ou pas ?

Au départ, on avait fait des pré-inscriptions avec le personnel prioritaire, puis les familles monoparentales et celles dont les deux parents travaillent et ensuite les autres. On s’est aperçu que le taux de remplissage n’était pas atteint, donc on a ouvert à tous.

Zoé Gauthier

Tag(s) : #APEAI, #Jeunesse, #Es Pinquireneus, #Comminges, #3CGS, #Canton de Salies, #Haute-Garonne

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :