Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le chêne d'Amérique dans le bois de Montsaunes
Le chêne d'Amérique dans le bois de Montsaunes
Le chêne d'Amérique dans le bois de Montsaunes
Le chêne d'Amérique dans le bois de Montsaunes
Le chêne d'Amérique dans le bois de Montsaunes

Le chêne d'Amérique dans le bois de Montsaunes

CLIC GAUCHE POUR AGRANDIR LES PHOTOS

L’histoire forestière contemporaine : du basculement  productif  ( 1965) à une sylviculture « proche  de la nature » ( 2014 …)

1810 / 1965 : le temps long de la reconquête de la forêt

Dès le début du 19ième siècle l’Administration Forestière impose une surveillance accrue des forêts en France  car il s’agit pour les forestiers de reconstituer  progressivement « des forêts  particulièrement délabrées » tout en tenant compte des besoins des populations locales  comme le  bois de feu  avec l’affouage. Cette reconstitution va passer à la fois  par la garde de plus en plus importante de baliveaux de chêne  et de toutes essences susceptible de reformer une futaie de franc pied mais aussi par l’allongement du temps de passage  entre les coupes de bois, par une surveillance prégnante de ces coupes par les gardes forestiers. Ainsi au Bois du Bernet  la « rotation » des coupes va passer de  13 ans en 1890 à 30 ans en 1960 et la garde des baliveaux de 50 à 150 / 200 arbres à l’hectare. Un renouveau de l’ambiance forestière s’installe ainsi.

 1930 / 1935 : les premières introductions d’essences

Cependant dès les années 30/35 pour aider la reconstitution de la forêt l’Administration Forestière introduit  des essences nouvelles principalement sur le massif de Figarol car le  plus  détérioré  des  trois. C’est de cette époque que date l’introduction  principale des chênes rouges, des pins sylvestre et des pins maritimes.

L’introductions du chêne rouge  a été  particulièrement probante pour  la reconstitution de la ressource…Malheureusement cette essence tend depuis cette époque à coloniser toute la forêt du fait d’une production annuelle  de glands et d’une croissance rapide.

Cette  longue période de  « reforestation »  de  presque 150 ans du bois de Bernet se termine  aux milieux des années 60 avec la fin progressive des demandes sociales des coupes d’affouage et du bois de feu.

 1965 / 1990 :  un temps court ou le basculement vers un autre modèle forestier :  Le reboisement résineux de Figarol

Dès après la guerre l'Administration Forestière initie une politique ambitieuse de reboisement en  résineux puis  feuillus pour  subvenir  à un approvisionnement en bois d’industrie et en bois d’œuvre  déficitaire en France. Ainsi entre 1960 et 1990  commence une  période, que l’on qualifie aujourd’hui  « d’industrielle »  ou de « malforestation » et qui  va se  traduire sur  les massifs de Figarol puis ceux de Montsaunès et Mazères par de grands reboisements avec des essences non autochtones.

Ainsi  dès  1965-66  une coupe de 40 hectares est réalisée sur le massif de Figarol, coupe où sont laissées des bandes feuillus entre lesquelles sont plantées des essences résineuses comme le Pin Laricio, le Pin Weymouth, le Douglas …  L’on voit encore ces résineux alignés depuis  la route qui borde le stade de football.

1987 / 1993 : à Montsaunès et Mazères un reboisement en chêne rouge d’Amérique

En  1986 / 87 à Montsaunès et 1991 /1993 à Mazères le même « esprit »  de « transformation du milieu » que celui de Figarol  trente ans plus tôt est réalisé  mais sur des surfaces moindre de 10 hectares chacune avec du chêne rouge d’Amérique comme seule et unique essence de reboisement. La finalité est toujours de produire du bois d’œuvre.

Si, forestièrement, le reboisement de Montsaunes a bien « poussé » ce n’est pas le cas de celui réalisé à Mazères en 1993  où une grande majorité des chênes plantés ont été « mangés » par  les  chevreuils(1) : ainsi dès le début cette forêt  artificielle a disparu… mais, par chance, elle s’est reconstituée naturellement  avec  des essences locales. Ainsi la nature a fait  son œuvre de cicatrisations d’une plaie.  On retrouve dans cette  jeune forêt spontanée et naturelle  du bouleau, du tremble, du saule, du châtaignier , du chêne local et  quelques chênes rouges plantés qui ont réussi à se sauver. De fait l’on a une forêt mélangée.

1 : les chevreuils ont progressivement colonisé le Comminges à partir des années 90 dans un double mouvement d’envahissement depuis la Gascogne et le Languedoc.

2000 : Une forêt presque naturelle dite «  futaie régulière »   ou la ré-émergence du temps long

A partir des années 2000  une sylviculture moins dispendieuse et plus naturelle  s’appuyant sur les essences locales comme les chênes pédonculé et rouvre est mise en place avec un modèle  de renouvellement naturel  de la forêt via les « chênes semenciers réservés  » et leurs glands tombés au sol qui assurent ainsi le renouvellement. Ainsi  ce modèle dit de la «  futaie régulière » est pratiqué à Montsaunès sur une parcelle de 3.00 hectares  et dure 6 ans. Au terme du processus de renouvellement les « chênes semenciers réservés  » sont coupés en « coupe rase » dénudant la parcelle et provoquant à la fois  certain choc paysager mais aussi  un délestage important de CO2 stockés dans les premiers horizons du sol…

2014 : l’intronisation  dans la chênaie d’une  sylviculture irrégulière  dite «  proche  de la nature »

Pour pallier aux inconvénients du modèle  de «  la futaie régulière »  une sylviculture dite « irrégulière » est tentée et mise en place  à Mazères à partir de 2014  puis en  2016 à  Montsaunès.

Dans ce modèle il s’agit d’adapter la sylviculture aux arbres de la forêt en place et de garder un couvert forestier continu  ainsi il n’y a plus de coupe rase. Lors du « martelage » des bois il est à la fois enlevé des bois pour l’éclaircie et  le renouvellement  de la forêt. Le prélèvement reste modéré pour ne pas bouleverser le milieu  en place. Le renouvellement de la forêt est réalisé  dans  des  trouées  de 15 /20  ares disséminées dans la forêt en récoltant des chênes arrivés à maturité et sous lesquels se trouvent de «  petits chênes »  prêts à assurer le renouvellement. Ainsi le paysage interne de la forêt n’est pas touché. Au  terme de ce modèle  de sylviculture « de l’arbre » l’on obtient progressivement  sur la même parcelle des arbres aux diamètres irréguliers et une diversité des essences pour la forêt… Un autre aspect de ce  modèle est de travailler avec la dynamique naturelle de la forêt (sa vie naturelle) et de pouvoir garder toutes sortes d’arbres du plus hétérodoxe (la biodiversité)  au plus gros ( le patrimoine).

Figarol, Mazères, Montsaunes - Le Bois du Bernet par Daniel Pons (2/5)Figarol, Mazères, Montsaunes - Le Bois du Bernet par Daniel Pons (2/5)Figarol, Mazères, Montsaunes - Le Bois du Bernet par Daniel Pons (2/5)
Figarol, Mazères, Montsaunes - Le Bois du Bernet par Daniel Pons (2/5)Figarol, Mazères, Montsaunes - Le Bois du Bernet par Daniel Pons (2/5)
Tag(s) : #Patrimoine, #Agriculture, #Comminges, #Forêt, #Canton de Salies, #Pyrénées, #Haute-Garonne, #Environnement

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :