Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La lutte contre la pauvreté au temps du coronavirus
ETUDE
Publié le
   
jeudi 01 octobre 2020

Présidé par Louis Schweitzer et piloté par France Stratégie, le comité d’évaluation de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté publie une note d’étape sur la crise du coronavirus. Il souhaite à cette occasion revenir sur les effets de la crise économique et sociale actuelle sur la situation des plus précaires et sur la pauvreté, et évoquer des points de vigilance quant à la manière d’y répondre. Le comité d’évaluation s’est appuyé sur les auditions réalisées depuis le début de la crise du coronavirus. Il a également consulté le collège composé de personnes en situation de précarité ou de pauvreté du CNLE et le panel citoyen.

Une crise sanitaire qui a touché en particulier les plus démunis. Quels effets attendus sur la pauvreté en France ?

La crise sanitaire a touché en particulier les plus démunis qui ont rencontré des difficultés importantes en matière de subsistance, de santé ou encore d’accès à l’éducation à distance durant le confinement. Elle a servi de révélateur de certaines insuffisances des politiques publiques en matière de lutte contre la pauvreté.

La crise économique et sociale qui découle de l’épidémie et des mesures prises pour la combattre aura certainement un effet intense sur la pauvreté qui se manifestera rapidement et à plus long terme et auxquels les plus précaires sont déjà et seront particulièrement exposés.

Les effets de la crise pourront être atténués par les dispositifs sociaux et fiscaux préexistants à la crise et par les mesures prises par le gouvernement depuis sa survenue, comme les mesures d’urgence mises en place à partir de mars 2020 ou le lancement de « France relance » en septembre 2020.

Des points de vigilance pour la réponse à la crise

Pour le comité d’évaluation, et le 5e Collège du CNLE et le panel citoyen l’ont également soulevé, ces mesures ne répondent pas à tous les besoins en matière de lutte contre la pauvreté révélés et engendrés par la crise et concernent peu les personnes en situation de pauvreté. Il paraît nécessaire de les compléter.

Le premier ministre Jean Castex a indiqué en juillet 2020 dans son discours de politique générale que la stratégie serait adaptée « en fonction de la conjoncture ».

Cette note d’étape exprime ainsi huit points de vigilance, quant à la réponse politique à cette crise qui serait apportée au travers d’une évolution de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté.

Le comité souligne notamment l’importance de maintenir la vision de long terme de la stratégie,  d’allouer de nouveaux moyens financiers pour prendre en compte de nouveaux besoins, de renforcer la lutte contre le non-recours et les actions d’« aller-vers », et d’être attentif aux inégalités territoriales d’une part et aux difficultés financières des associations d’autre part.

Il met également l’accent sur l’importance de répondre aux besoins liés à la fracture numérique et aux difficultés dans les démarches d’accès aux droits, à la rupture éducative importante qui a eu lieu pendant de nombreux mois et aux inégalités éducatives qu’il faudra rattraper, ainsi qu’au décrochage scolaire. Enfin, les personnes peu touchées par les mesures mises en place depuis mars du fait de leurs conditions d’attribution et qui ont vu leur situation s’aggraver doivent aussi faire l’objet d’une vigilance accrue.


À propos du comité d’évaluation

Présidé par Louis Schweitzer, le comité d’évaluation de la stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté a publié en mars dernier une note d’étape précisant les méthodes suivies pour mesurer l’atteinte des objectifs fixés par la stratégie, avant de mettre en œuvre l’évaluation. Un premier rapport de suivi et d’évaluation, tenant compte des effets de la crise sanitaire, sera publié au printemps prochain.

France Stratégie assure le pilotage du comité d’évaluation, avec l’appui des principaux services d’études et de statistiques concernés par la stratégie : DARES, DEPP, DREES, INED, INSEE, SDES, et les directions des statistiques de la CNAF et de Pôle emploi.

 

Auteurs

Marine de Montaignac
Marine
 
de Montaignac
Société et politiques sociales
Tag(s) : #Société

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :