Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Quelques recettes pour un jardin vivant : accueillez la faune sauvage !

Après la vague écologique qui s'est attaquée naguère à la politique, le naturel revient au galop dans nos jardins. A l'aube de ce siècle, le jardinier apprend à faire la part des choses et, cherchant à limiter les tâches laborieuses, il fait plus confiance à la nature, recherche vis à vis d'elle un compromis acceptable. Sans doute prend-il peu à peu conscience également du rôle bénéfique que peuvent jouer la faune locale et les plantes sauvages dans l'équilibre d'un jardin contemporain.

En ces temps de frimas, la vie animale est particulièrement vulnérable. Pourvoir la gent ailée en graines et en graisse nous assure un spectacle attendrissant au quotidien. Profitons de l'hiver pour méditer sur un jardin plus écologique, dont les acteurs seront nos alliés. Bien sûr, mieux vaut de suite relativiser et je ne vous conseillerais certes pas de favoriser la présence des lapins, taupes et cervidés, animaux qui n'ont pas leur place dans un jardin, quel qu'il soit.
Des mesures physiques les dissuaderont du reste de s'en approcher : clôtures appropriées (2,10m au minimum contre les cerfs, enterrée contre les lapins), répulsifs divers... En revanche, ne négligez pas l'action bénéfique d'hôtes dont vous favoriserez l'implantation.

Voici, pour ce faire, quelques recettes éprouvées :

- N'oubliez pas que les abeilles et autres insectes butineurs favorisent la pollinisation et donc les fructifications et rendements au potager comme au verger.

- Si le gazon se transforme en prairie naturelle ou du moins accueille quelques mauvaises herbes, vous y gagnerez en efforts d'entretien mais aussi attirerez divers papillons et insectes. De même, si vous accordez aux orties un coin reculé du jardin, vous nourrirez certaines espèces de superbes papillons comme les paons du jour. Les feuilles des orties sont du reste délicieuses en soupe !

- Les plantes grimpantes offrent de parfaits abris pour les oiseaux qui vous débarrasseront de larves, insectes et gastéropodes nuisibles. Je pense en particulier aux végétaux persistants comme les lierres. Les anfractuosités de murs sont aussi d'excellents refuges pour les troglodytes, rigolos équilibristes et de nombreuses larves d'insectes utiles comme les coccinelles.

- Les haies composites, meilleure alternative aux haies mono spécifiques de conifères, attireront une faune variée et de nombreux nids surtout si vous y avez planté des arbustes à baies à la fois décoratives et succulentes pour les  oiseaux:   leycesteria,  cotoneasterspyracanthas...

- Un simple tas de bois est le refuge hivernal idéal pour monsieur hérisson, grand dévoreur de limaces et escargots.

Un point d'eau s'avère toujours une riche source de vie animale et est indispensable à un bon équilibre biologique. C'est un attrait indéniable pour la faune environnante, car il devient rapidement un véritable lieu de rendez-vous surtout en milieu péri-urbain.
Vous avez le choix : du simple bain d'oiseau animé en été au plan d'eau de toute taille qui réunit poissons, amphibiens et plantes aquatiques en parfaite harmonie. Vous pourrez alors compter sur un spectacle permanent sans compter le superbe ballet des libellules qu'on ne se lasse pas d'admirer.

- Pensez que les grands arbres sont propices à l'installation de nichoirs de toutes sortes pour fidéliser la gent ailée. Chouettes et hiboux se contentent généralement d'une simple cavité naturelle creusée dans leur troncs. Ce sont de très bons chasseurs de mulots et musaraignes.

- En ce qui concerne les méthodes culturales, un épais paillis sur les massifs maintient une fraîcheur salutaire qui optimise la présence des microorganismes et des vers de terre. Ces derniers fouilleront continuellement la terre à votre place, effectuant un véritable labour naturel.

- Si vous laissez certaines plantes se dessécher sur place en automne, non seulement vous profiterez des beautés stupéfiantes du givre, mais leurs infrutescences attireront les oiseaux en quête de graines. Tel est le cas des cardères, ces grands chardons familièrement appelés "cabaret des oiseaux" car leurs feuilles retiennent l'eau de pluie. Ils attirent entre-autres les mésanges en quêtes de graines faciles à picorer.

Nous sommes loin des jardins manucurés de naguère car, vous l'aurez compris, un certain laisser-aller bien maîtrisé apporte bien d'autres joies au jardin. Le travail ainsi simplifié permet de mieux profiter de ce nouvel art de vivre au diapason de la nature et de ses saisons. Il ne reste plus qu'à installer quelques points d'observations discrets, des bancs ou chaises par exemple, judicieusement placés au soleil pour s'adonner avec jubilation à l'observation en famille.

Philippe Ferret

Tag(s) : #Agriculture, #Environnement

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :