Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Saint-Martory - Le temps des chrysanthèmes: une tradition toujours présente
Saint-Martory - Le temps des chrysanthèmes: une tradition toujours présente
Saint-Martory - Le temps des chrysanthèmes: une tradition toujours présente
Saint-Martory - Le temps des chrysanthèmes: une tradition toujours présente
Saint-Martory - Le temps des chrysanthèmes: une tradition toujours présente

Pour Gérard Ferré, horticulteur à Saint-Martory, la saison des chrysanthèmes débute après un printemps compliqué où la Covid a, pendant deux mois, empêché les ventes de fleurs.

 

Mais le moral reste au beau fixe, en espérant que les contraintes liées à la pandémie n'empêchent pas les familles de se rendre dans les cimetières pour y fleurir les tombes.

 

Pourquoi des chrysanthèmes à la Toussaint? C'est vers la moitié du XIXe siècle que cette plante a commencé à remplacer les bougies laissées dans les cimetières pour la fête des saints, la Toussaint. Plus tard, Clemenceau lors du premier anniversaire de l'armistice, le 11 novembre 1919, aurait appelé les Français à fleurir les tombes des soldats tombés au front. On a choisi les chrysanthèmes car il fleurit tard dans l'année et peut résister à un gel modéré.

 

Gérard Ferré connait bien la culture de cette plante qui demande beaucoup de soins: "c'est avec mon père, il y a quarante ans que j'ai appris à les cultiver. Les modes ont évolué. Avant les gens voulaient surtout des chrysanthèmes à grosses fleurs. Aujourd'hui il y a beaucoup plus de variétés, de couleurs et ce sont les petites fleurs qui sont le plus demandées."

 

Une culture qui démarre en juin avec la plantation en pleine terre des boutures. A partir de juin, il faut pincer les boutons indésirables, ce qui concentre la sève de la plante sur le bouton terminal de la tige. Cela donnera des fleurs plus grosses et régulières. Une pratique à continuer jusqu’au mois d’aout, quand les plantes ont cinq à huit tiges ou plus, chacune avec un bourgeon terminal qui fleurira six à douze semaines plus tard. C'est également une culture qui demande beaucoup d'arrosage: "tous les jours cet été ou il a fait très chaud", précise Gérard. En octobre les fleurs sont rempotées et entrées dans les serres afin de les préparer à la vente. Des serres ou il n'y a pas que des chrysanthèmes mais également des pensées, des cyclamens, des bruyères, etc...

 

Pour retrouver Gérard Ferré et ses serres, rendez-vous au 12, rue La Chapelle à saint Martory. Tel 06.24.67.83.45. Ouverture tous les jours, toute la journée, dimanche compris. Après la Toussaint, fermeture le dimanche.

Tag(s) : #Saint-Martory, #Comminges, #Traditions, #Agriculture

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :