Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Salies du Salat - Enseignants et écoliers de Salies-du-Salat s’adaptent aux mesures

  • Claire Travers (à droite) en compagnie d’élus salisiens Myriam Sirgant et Franck Chevalier.Claire Travers (à droite) en compagnie d’élus salisiens Myriam Sirgant et Franck Chevalier.
    Claire Travers (à droite) en compagnie d’élus salisiens Myriam Sirgant et Franck Chevalier. Photo archives DDM, Z. G.

Publié le  , mis à jour 

Cette rentrée après les vacances de Toussaint a été marquée par des contraintes sanitaires et sécuritaires encore plus importantes qu’à la rentrée de septembre.

 

Comment celles-ci sont-elles vécues au quotidien ? Claire Travers, directrice sur l’école élémentaire de Salies-du-Salat nous répond.

En ce qui concerne l’obligation de porter le masque pour les élèves du primaire, comment cette mesure a-t-elle été appliquée ? Est-elle suivie par les enfants tout au long de la journée ?

La mesure est appliquée selon les règles et le protocole fixés par l’Etat. Ils gardent le masque en classe pour parler, comme le font aussi les enseignants depuis la rentrée de septembre et également dans la cour. Nous proposons à certains de faire des "pauses" lors des récrés, en s’éloignant de 5 mètres des autres élèves, juste le temps de respirer un peu d’air frais.

 

Nous en avons besoin nous aussi en tant qu’adulte de temps en temps dans la journée. Il n’y a eu aucune mauvaise réaction physique au port du masque. Certains le descendent quelquefois sous le nez, nous les rappelons à l’ordre.

Pour le sport ils l’enlèvent certainement ?

Tous les enfants dès le CP doivent porter le masque toute la journée, sauf en sport (avec des règles de distanciation et sans sport de contact) et les repas à la cantine (les enfants sont regroupés par classe avec une distance entre eux).

Est-ce que les enfants comprennent ces mesures ? Les familles coopèrent-elles ? Sont-elles plus inquiètes qu’en septembre ou confiantes ?

On a bien sûr discuté de toutes ces règles avec les élèves qui comprennent bien les enjeux. Seuls deux parents ont manifesté leur désaccord pour le port du masque mais ils doivent cependant s’en tenir à la loi. Leurs enfants viennent donc masqués également. Il y a des inquiétudes dans les familles à risque (celle dont un des parents a une grave maladie) mais les familles coopèrent à 99 % !

Il y a eu également l’hommage à Samuel Paty. Selon les classes, tous les enfants n’ont pas dû être sensibilisés de la même façon.

Comment ont-ils réagi ? Etaient-ils au courant ?

Les enfants étaient tous au courant, avec plus ou moins une bonne compréhension de la situation. Dans ma classe, nous ne sommes évidemment pas rentrés dans les détails, tout comme en CP-CE1. Nous avons parlé plus généralement des règles de vie, de la loi, de la violence en général des hommes entre eux, de la tolérance, de la manière dont on devait régler ses différends. C’est un travail au long cours. Le débat est allé un peu plus loin en cycle 3, où ont été évoquées les raisons de ce crime et la liberté pédagogique l’enseignant avait-il le droit de montrer des caricatures en classe ou non ? A-t-il le droit de parler de religion ? etc.).

Je suppose que votre programme d’enseignement est chamboulé. Comment faites-vous pour rattraper le retard pris par le confinement du printemps ? Tous étaient-ils en télé enseignement ?

Nous devons donner la priorité au français et aux maths, ainsi qu’au sport et à la culture, au moins jusqu’à la Toussaint, plus si nécessaire. Il ne s’agit pas de "rattraper" 5 mois d’école, mais de mettre à niveau les élèves sur les fondamentaux, du mieux que l’on peut. Les APC (activités pédagogiques complémentaires) apportent un soutien supplémentaire à ceux qui sont le plus en décalage par rapport aux attendus.

Certains ont bien suivi à distance et sont revenus en juin, d’autres n’ont pas joué le jeu. Les retards sont bien là, surtout chez les élèves déjà en difficulté, chez qui le suivi et le contact avec les familles a été difficile à distance. De manière générale, les élèves ont eu du mal à reprendre le rythme, à écouter les consignes ; nous constatons des difficultés globales sur la lecture.

Zoé Gauthier

Tag(s) : #Education, #COVID-19, #Salies du Salat, #Comminges

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :