Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 
ABONNÉS
  • Le Commingeois Sylvain des Rochettes.Le Commingeois Sylvain des Rochettes.
    Le Commingeois Sylvain des Rochettes. PhotoDDM

Publié le  , mis à jour 

Réunis en commission permanente le 16 avril, les élus de la région Occitanie ont mobilisé une enveloppe de plus de deux millions d’euros dédiés à la mise en œuvre de projets et solutions au travers du budget participatif "Ma solution pour le climat". Une initiative visant à faire émerger et mettre en œuvre sur le territoire régional de nouvelles solutions citoyennes en matière d’atténuation et/ou d’adaptation au changement climatique.

Parmi les 26 projets retenus, un est porté par Sylvain des Rochettes, habitant du Comminges. Un projet ambitieux et un défi qui interpelle : utiliser des granulés végétaux comme éco-carburant et faire fonctionner des véhicules avec ce process.

Sylvain des Rochettes, pouvez-vous nous en dire plus ?

Le projet a pour but de résoudre en partie les problèmes économiques et écologiques des biocarburants en retournant le problème : au lieu d’adapter les biocarburants aux moteurs actuels, utiliser une motorisation adaptée à des biocarburants plus abondants, moins chers et plus faciles à produire : les granulés végétaux. Les sources de biocarburants végétaux en granulés à privilégier sont des produits écologiques locaux : déchets verts, broussailles, bois d’Occitanie en gestion écologique et/ou en agroforesterie, ou encore algues marines pouvant, par exemple, être cultivées en mer Méditerranée.

Vous avez, avant de présenter ce projet, testé sa faisabilité ?

Oui. Le projet est le fruit de plusieurs années de conception. Le financement régional va maintenant permettre de passer à une deuxième étape du prototypage : utilisation de machines-outils industrielles et des matériaux adaptés avec pour objectif d’aboutir à des produits fonctionnels commercialisables, avec toutes les exigences de rigueur : qualité, fiabilité, sécurité, conformité, homologation…

Des questionnements quant à la nouveauté du procédé qui sera utilisé?

Il est basé sur le principe de la gazéification, puis combustion dans le moteur. Le rendement théorique est équivalent à une motorisation essence, donc meilleur qu’avec de la vapeur pour un encombrement moindre. La chaleur est transformée en énergie mécanique selon les principes connus de la thermodynamique. Il n’y a rien de sorcier dans le principe de fonctionnement, mais une conception précise est nécessaire pour la mise au point de machines performantes et fiables. Il est possible d’adjoindre une cogénération d’électricité et d’hybrider les véhicules, dans le but, par exemple de privilégier la motorisation électrique sur les petits trajets et trajets urbains.

Le rendement électrique peut atteindre 95 % mais il faut prendre en compte que l’électricité, qu’elle vienne du réseau ou du moteur, est produite soit de manière thermique avec 35-50 % maximum de rendement, soit par un procédé thermonucléaire donc de la vapeur avec 33 % de rendement. Le rendement électrique est tributaire des rendements thermiques. Dans les gazogènes anciens des années 40, il y a également des pertes d’environ 15 % dues au procédé de gazéification. La solution développée ici vise notamment à régler ce problème et sera brevetée.

L’obtention de fonds est actée. Votre objectif est donc le démarrage du prototypage et le dépôt de brevets couvrant le projet ?

Oui. Après les dernières démarches administratives et le début du versement des fonds, les opérations de fabrication des prototypes pourront commencer. Le procédé fait l’objet de dépôt d’une enveloppe Soleau auprès de L’INPI pouvant servir de preuve d’antériorité si besoin. Le dépôt du brevet interviendra après un certain nombre de tests sur les prototypes.

Zoé Gauthier
Tag(s) : #Ecologie, #Environnement, #Comminges, #Haute-Garonne
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :