Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 
  • De la lavande.
    De la lavande.
 
 

Publié le  , mis à jour 

l'essentielL’huile essentielle de lavande peut-elle être interdite par l’Union européenne à cause de sa potentielle toxicité ? Les producteurs dénoncent une future réglementation communautaire qui, selon eux, mettrait leur activité en danger.

L'huile essentielle de lavande pourrait-elle être amenée à disparaître ? C'est une des craintes des producteurs français. Source de cette inquiétude, une possible législation européenne dans le cadre du Pacte vert, pour lutter contre le réchauffement climatique et renforcer la protection des consommateurs. Fin 2020, la Commission avait appelé à une "nouvelle stratégie dans le domaine des produits chimiques vers un environnement exempt de substances toxiques". Et d’ici la fin d'année 2022, l’exécutif européen devrait présenter une révision du règlement "relatif à la classification, à l’étiquetage et à l’emballage des substances considérées comme chimiques et présentant une menace pour la santé et l'environnement".

Une pétition qui a déjà atteint 100 000 signatures

Pas directement visées, les huiles essentielles - qui ne comptent pas moins de 600 molécules à étudier pour les classer - devraient quand même être soumises à cette nouvelle réglementation en tant que "produits finis mis sur le marché" mais aussi car elles entrent dans la composition de produits cosmétiques. En clair, si elles sont classées sur une "liste noire" parce que potentiellement dangereuses, elles pourraient être évincées de produits à destination du consommateur européen. "La Commission met dans le même panier produits synthétiques et produits naturels, s'alarme Alain Aubanel, président du comité interprofessionnel des huiles essentielles françaises. Or, la nature ne les "digère" pas de la même manière. Ce qui peut être dangereux pour l'homme dans un produit de synthèse ne le sera forcément pas si c'est contenu dans un produit naturel."

Un véritable coup de massue, donc, pour les professionnels du secteur qui redoutent ni plus ni moins la fin de leur activité. Pour dénoncer la menace qui plane sur le secteur, la filière des plantes à parfum, aromatiques et médicinales a lancé une pétition il y a une semaine. Plus de 100 000 signatures ont déjà été recueillies. "Cela montre que ce sujet ne touche pas seulement les professionnels mais toute une population qui nous soutient", estime Xavier Leplaideur, propriétaire de la Ferme Lacontal à Toufailles dans le Tarn-et-Garonne. 

"Personne n'achètera un parfum avec une tête de mort dessus"

Malgré ce soutien "populaire", la véritable crainte des producteurs est d'être abandonnés par les marchés du cosmétique, de l'aromate et du secteur médicinal. Ils craignent qu'une mention obligatoire indiquant que l'huile de lavande peut créer des allergies, dissuade les fabricants d'utiliser leurs produits. "Personne n'achètera un parfum avec écrit : "Ce produit est dangereux" ou une tête de mort dessus", s'inquiète Alain Aubanel, anticipant en outre le coût des futures normes à respecter, avec des dossiers pour chaque variété de lavande produite à remplir. Un surcoût financier que certains ne pourraient pas assumer.

"On est désespérés", lâche Xavier Leplaideur. "On cherche toujours à s'attaquer à nos produits naturels. Si on veut pointer dans l'infiniment petit tout ce qui peut être théoriquement dangereux pour l'homme, c'est possible, mais inutile. Je trouve que l'on est moins exigeant quand il s'agit de javel..." De son côté, la Commission essaie de rassurer : rien n'est encore écrit et, quoi qu'il arrive, aucune réglementation n'entrera en vigueur avant 2025. Les producteurs, eux, espèrent être entendus "avant qu'il ne soit trop tard", s'alarme Alain Aubanel. 

Signez la pétition!

ICI: http://chng.it/QqdFqLP9pF

Tag(s) : #Environnement, #Agriculture
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :