Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Lapinous des cités, lapinous des campagnes
 
Sur le parking de la cité
au milieu des voitures
dans un cercle parfait
les oreilles dressées
ils étaient réunis.

Ils n'ont même pas bougé
quand on s'est approché.

La lune était bien claire
un croissant dessiné
dans le ciel étoilé
jetait sur le colloque
une lueur divine

Etonnant, incongru,
sur le bitume installés
une dizaine de lapins
se tenaient attentifs.

Incrédules, on n'a pas
 voulu les déranger
dans leur conciliabule.
Nous étions étrangers
dans l'univers d'Alice
alors tout doucement
nous nous sommes écartés...

lap-1.jpg
Les chats pour l'occasion
avaient laissés la place
et du haut des balcons
suivaient attentionnés
les silencieux débats.

Pourtant les champs pas loin
regorgeaient d'herbe tendre.
Une question d'importance
les avait cette nuit
malgré le froid piquant
rassemblés dans l' urgence.

Lapinous des campagnes;
lapinous des cités
nulle peur de se voir
d'une main leste,
d'un geste déterminé,
par une ménagère inconnue
transformer derechef
en des lapins civets.

Moments de poésie
volés à cette nuit
offerts aux couche-tard
qui des écrans tactiles
loins des spots des télés,
avaient désertés l'attrait.

Pourtant d'aucune fenêtre
un visage penché
n'assistait, curieux spectacle,
à l'étrange ballet
des lapins en balade.

Les bâtiments lugubres
les portes en ferraille
les peintures délavées
les poubelles renversées
des épaves de bagnoles
un vieux frigo foutu
un canapé troué....
cité tristesse, cité détresse..

mais là sur le sol gris
quelques boules de poils
sautillant gambadant
réchauffaient la cité
donnant à cette nuit
un mystérieux parfum
d'éternité empli....

dessin de Mox

Tag(s) : #Musique et poésie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :