Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La Diagonale des Fous , c'était comment?
La Diagonale des Fous , c'était comment?
La Diagonale des Fous , c'était comment?

Quelques questions à Olivier qui a parcouru les 164 kms en  47h02min56s

C'est ta 3ème participation au grand raid.. Quelles différences entre celle de 2013 et de 2015? plus de préparation c'est sûr, mais 2 ans de plus aussi? tu as fait 3h de moins qu'en 2013. Sur les 47h combien d'heures en course? est ce que la répartition course-repos a été la même qu'en 2013?, Je suppose que t'as augmenté ta moyenne temps/kms parcourus par rapport au précédent? 

       Le tracé était identique avec celui de 2013 donc les comparaisons sont aisées, j'ai pu améliorer pas mal de points mais bien sûr d'autres difficultés sont apparues, avec notamment un gros coup de chaud dans la montée vers le pied du Taïbit (le vendredi après-midi) qui m'a obligé à lever le pied pendant plusieurs heures.

Mes 2 années d'expérience en plus m'ont réellement servies sur cette course, je connais de plus en plus mon corps et ses capacités en fonction de mon entrainement, je savais que les jambes étaient en forme pour cette course mais il faut tout le reste (moral, alimentation, sommeil, blessures, ....)

Par rapport à 2013, le gros point positif sera la 2ème nuit avec la traversée de Mafate, une fois remis de mon coup de chaud j'ai pu faire une nuit pratiquement parfaite là où 2 ans plutôt j'avais souffert. Je n'ai dormi sur l'ensemble de la course que 30 min à Roche plate par précaution, il était 4 h du matin et avant le Maïdo j'ai préféré me reposer un peu. 

En fait t'as passé 2 nuits en course. Est ce que c'est le plus dur dans une course comme ça? que ce soit la nuit? ou bien ce qui est le plus dur en fait c'est le dénivelé? nuit ou journée c'est pareil?

       Les nuits peuvent être compliquées, la vitesse diminue et le sommeil peut être un fardeau très lourd à porter, le moral et la motivation sont très importants dans ces moments pour se recentrer sur l'objectif "AVANCER", pour ma part cette fois la 2éme nuit fût un moment positif ou j'ai pu avancer à un très bon rythme pour mon niveau.

Pour le dénivelé et la technicité du terrain (le plus dur a la Réunion c'est les chemins) il faut un bon entrainement il n'y a pas de miracles, les jambes se détruisent au fil des kilomètres (autant en montée qu'en descente d'ailleurs) et il faut être prêt.

As tu souffert du froid?

     Les variations de température sont assez importantes, le plus froid est sensiblement la première nuit quand on monte vers le volcan et à la pointe du jour il faut la veste, bonnet et gants; certains se font encore surprendre alors que c'est bien connu et le reste de leur course peut être sérieusement compromis par une telle négligence.

Par contre j'ai vu que le volcan était en éruption pendant la course. Ça a changé quelque chose? dans le parcours? par contre le spectacle du volcan ou pas?

      Pas de changement, on est passé assez loin de l'éruption

Les docteurs disent que les trails se sont des super anti-dépresseurs. Quand tu cours en fait, la priorité c'est la concentration sur la course je suppose? t'as le temps de regarder le paysage? tu me disais aussi que parfois vous courrez en binome ou en groupe, ça a été le cas?

 

     L'aboutissement d'un tel projet est une réalisation importante pour l'individu, je pense que le sentiment de réussite permet un bon coup au moral :)

A mon rythme on a le temps de regarder les paysages mais souvent les points de vue sont sur les cols ou autre point haut et là pour y arriver il faut forcer donc ce n'est pas la priorité; j'ai un très beau souvenir du lever de soleil du samedi matin alors que je finissais la montée du Maïdo, là on ne peut que contempler et apprécier, c'est grandiose.

Le plus beau souvenir c'est certainement l'arrivée après autant d'efforts, mais en dehors de ce moment là, t'as d'autres super flash de la course? et les pires? je suppose que maintenant que tu fais beaucoup de trail, tu connais ta forme physique et donc tu sais déjà si tu vas arriver au bout ou pas? pas de moments de découragements?

si tu dois comparer avec le trail de Montpellier par exemple? c'était difficile aussi? pas les mêmes difficultés?

        On va commencer par les pires, la remontée de Bras rouge pour arriver au pied du Taïbit avec mon coup de chaud, j'ai eu un peu peur, J'ai essayé de gérer mais je n'étais pas rassuré car ce phénomène est assez bizarre; une petite visite chez les doc à Marla m'a permis de me rassurer sur mon état. Un autre gros coup dur fût à Grande chaloupe à seulement 13kms de l'arrivée; la course est gagnée sauf grosse blessure mais mon organisme a dit stop, il me faut une pause, j'ai dû rester au ravito près de 40 min, heureusement que P. était là pour m'assister, le moral a pris un gros coup, j'étais frustré de perdre du temps si prêt du but.

Je pense que le gros point positif sera ma nuit dans Mafate, comment l'organisme après avoir était si mal quelques heures auparavant nous permet-il de repartir et de courir pendant plusieurs heures, c'est fou. J'avais tellement souffert 2 ans plutôt pendant cette traversée que j'étais heureux de pouvoir avancer et passer tout les ravitaillements les uns après les autres et ne pas sentir le coup de fatigue arriver.

Un autre point important fût mon assistance, P. qui sera présente a Cilaos et Halte là avec Yannick, puis sur toute la fin de course, le plaisir de les voir est de plus en plus important au fil de la course, un grand merci a eux. Il y a aussi les sms reçus pendant la course, je ne les lis qu'en cas de coup de moins bien et ça fait très très chaud au cœur, le pouvoir de ces petits messages est incroyable 😝

Par contre, nous avons eu la pluie sur les 3 dernières heures de course, rendant très longue la dernière descente et cela a un peu augmenté la lassitude de course, il tardait a tout le monde de franchir la ligne.

Il est vrai que j'ai fait une très grosse année au niveau des ultra pour mon niveau, avec beaucoup d'objectifs (4 entre Mai et Octobre), la Diagonale est la plus dure bien-entendu mais c'est aussi celle que j'abordais avec la meilleure préparation puisque tout le reste était prévu pour être prêt ce jour là.

Après tu vas t'attaquer au Mont Blanc?

       Normalement je devrais tenter l'UTMB l'année prochaine, la course est sensiblement la même sur le papier  (164km/10000mD+) mais le profil n'est pas le même, la différence réside dans la technicité du terrain, c'est plus roulant (difficile de dire ça quand même :) )

On l'appelle la diagonale des Fous. Et c'est vrai que quand tu es le spectateur qui suit la course, on se dit faut être un peu dingue pour courir 47h d'affilée sur 165 kms et avec les difficultés annoncées. Bien sûr qu'il y a tout le côté dépassement de soi, etc... mais en fait c'est le truc de revenir dans une existence normale après? un peu comme les sportifs de haut niveau. Le but pour toi c'est de gagner un jour le Grand raid? ou pas? pour ceux qui ne courent pas, c'est un exploit qui parait même plus grand que de gagner la coupe du Monde de foot ou de rugby! un joueur de foot ou de rugby ne fait pas d'efforts pendant 24h ou 60h d'affilée. Et donc quand tu reviens à une existence normale, il doit y avoir un manque , non? genre que la réalité au quotidien doit manquer de saveur un peu, ou pas? ou tu te déconnectes complètement entre deux trails?

 

       Pour moi c'est assez tranché comme réponse, je fais ça par rapport à moi, savoir si je suis capable ou pas de faire telle course en tel temps, de mettre en place un entrainement qui me permettra peut être d'y arriver et si je rate j'ajuste, je cherche pourquoi. La performance n'est pas possible et me demanderait trop de sacrifices, c'est déjà assez chronophage comme discipline.

Par contre ce que j'ai découvert dans l'ultra et qui est devenu très important, c'est le partage de cette aventure avec les autres, que ce soit par sms, internet ou autre, ça fait vraiment excessivement plaisir de se sentir suivi, soutenu et de pouvoir échanger sur les courses. Le must étant l'assistance sur les courses cette fois-ci avec ma chérie et Yannick, On partage des trucs très fort et je sens bien qu'ils se prennent au jeu, ça fait extrêmement plaisir.

Coureur Dossard n°874

homme
DUPRAT Olivier
Course : Diagonale des Fous, Individuel
Catégorie: SENIORS HOMMES
Résultats provisoires du samedi 24 octobre 21:11:13
Cette page va se rafraîchir automatiquement toutes les 2 minutes

 

Tag(s) : #Salies du Salat, #Trail, #Canton de Salies, #Comminges
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :