Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

DSC02602.JPG

 

Comme tous les français, les salisiens sont sous le choc de l'attentat perpétré contre le journal Charlie Hebdo. Parmi eux, dans la catégorie professionnelle de ceux qui se sentent concernés, même si leur notoriété n'atteint pas celle d'un Cabus ou d'un Wolinski, les correspondants de presse, pour qui la liberté d'expression est la condition essentielle à toute diffusion d'informations, sont en première ligne.


  Jacques Hennebois depuis combien de temps exerçait vous votre métier?
Cela fait 18  ans que je suis correspondant, d'abord à la Dépêche du Midi et actuellement à la Gazette du Comminges. En tant que correspondant de presse, je me sens concerné car bien sûr c'est une atteinte à la liberté d'expression telle qu'elle est évoqué dans la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme: "tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit."


  Quel est votre ressenti par rapport à ce qui vient de se passer à Charlie Hebdo?
Charlie hebdo, c'est un monument, un monument qui a vu le jour le siècle dernier. Certes leur humour était caustique, mais utile. Charlie Hebdo ne cherchait pas à semer volontairement la zizanie. Il soutenait toutes les causes dans lesquelles la démocratie pouvait être mise à mal. Là on a à faire à des fous furieux qui voudraient en revenir au temps des guerres de religion. Ce ne sont pas des hommes mais des bêtes sauvages. Ils n’ont aucune culture et se réclament d’un islam qu’ils ne connaissent pas. Opposer des Kalachnikovs à des crayons, mais où va-t-on ? Ce qui est grave surtout c'est qu'on risque de faire un amalgame entre les islamistes intégristes et les musulmans qui, sur le sol français, vivent sereinement leur religion. Certains diront que les musulmans sont tous les mêmes et pourtant… Les plus dangereux sont souvent les intellectuels qui se sont convertis.


  Vous avez été également enseignant. Que diriez-vous aux jeunes aujourd'hui?
J’ai toujours des contacts avec les jeunes. Il faut qu'ils soient tolérants et réfléchis. Il faut qu’ils fassent très attention, ne pas écouter les beaux parleurs qui leur promettent un avenir meilleur dans des combats de dupes. Il faut qu'ils se mobilisent sereinement pour lutter contre certains prosélytismes religieux et rester très vigilants.


Zoé Gauthier

Tag(s) : #Je suis Charlie
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :