Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Castelbiague - Les Aubettes
Castelbiague - Les Aubettes
Castelbiague - Les Aubettes
Castelbiague - Les Aubettes
Castelbiague - Les Aubettes
Castelbiague - Les Aubettes
Castelbiague - Les Aubettes
Castelbiague - Les Aubettes
Castelbiague - Les Aubettes
Castelbiague - Les Aubettes

Si la nuit tombée vous croisez un petit groupe discutant devant le portail de l'église de Castelbiague, pas de soucis ce n'est pas une manifestation nocturne non autorisée. D'ailleurs faisant partie du groupe et présent chaque soir entre le 18 et le 24 décembre, on y retrouve le maire Pierre Braquet. Avec lui quelques uns de ses administrés consultant un tableau sur le panneau accroché aux grilles. Ce n'est pas non plus l'horaire des messes, car comme il le dit avec nostalgie, "il n'y a plus de curé qui vient, si ce n'est pour la fête locale et il y a longtemps qu'il n'y a plus de messe de minuit."
Arrivent Maurice, Georges, Muriel, Serge, Laurent et Guy, bien couverts et détail original: Muriel et Serge ont dans les mains un gros casque audio jaune! Le mystère reste entier pour les non initiés!
Car la réunion nocturne n'a qu'un but: celui de sonner les Aubettes.
Une occasion unique de participer à cette vie de village ou les traditions ancestrales se perpétuent de génération en génération. Ainsi une semaine avant Noël, juste après l’Angélus, entre cinq et dix volontaires se retrouvent tous les soirs au pied de l’église avant de grimper au sommet du clocher (33m) pour faire tourner à la volée les trois cloches pendant 10 minutes: 3 grosses cloches qui datent d’avant la révolution.
"Avant c'était compliqué pour trouver des volontaires", explique le maire en riant, "et depuis quelques années j'ai instauré une petite collation à la descente du clocher, on n'a plus aucun souci! La liste sur le tableau se remplit régulièrement. Il y a tout le temps du monde."
Cette coutume se nomme les "Aubettes" et annonce Noël. Comme le précise le maire: "si des courageux souhaitent découvrir cet instant privilégié où l’on peut admirer Castelbiague avec ses illuminations de Noël, mais aussi attraper une "bonne suée" en faisant tourner à la main une cloche de 180, 225 ou 310kg, ils seront les bienvenus. On peut également venir en restant spectateur!
Des cloches qui ont été électrifiées il n'y a pas si longtemps se souvient le maire: "avant il y avait un carillonneur avec un piano, Monsieur Artigues qui venait matin midi et soir sonner l'angélus. Aujourd'hui on les fait sonner, à la main, quand il y a un mariage. Sinon pour sonner les heures c'est électrifié.
Quelques précisions sur l'origine des cloches: Elles étaient à l’époque dans l’ancienne église qui se trouve dans l’enceinte du cimetière. la cloche de 180 kg (un Ré) a un diamètre de 67cm et a été fondue par Louison en 1849 à Toulouse, celle de 310 kg (un Si) date de 1841 et a eu comme parrain, le Général Compans et a été refondue en 1953 par Vinel à Toulouse; elle aura comme parrain le Cardinal Saliège, archevêque de Toulouse.

Celle de 225kg (un Do), d'un diamètre de 72cm provient de la fabrique tarbaise Duppieri Frères et a été fondue par Dencausse aux alentours de 1850. (sources: E.Soubsol - Castelbiague en Comminges).

Cette coutume appelée par endroits « Nadalet », « Tempolas », « Calendes de Noël » ou « Carillon de l’avent », est toujours pratiquée dans notre Commune et se nomme « Aubettes ».

Tag(s) : #Traditions, #Comminges, #Castelbiague, #Canton de Salies, #Noël

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :