Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Figarol, Mazères, Montsaunes - Le Bois du Bernet par Daniel Pons (4/5)Figarol, Mazères, Montsaunes - Le Bois du Bernet par Daniel Pons (4/5)
Figarol, Mazères, Montsaunes - Le Bois du Bernet par Daniel Pons (4/5)Figarol, Mazères, Montsaunes - Le Bois du Bernet par Daniel Pons (4/5)
Figarol, Mazères, Montsaunes - Le Bois du Bernet par Daniel Pons (4/5)Figarol, Mazères, Montsaunes - Le Bois du Bernet par Daniel Pons (4/5)Figarol, Mazères, Montsaunes - Le Bois du Bernet par Daniel Pons (4/5)

« la forêt mosaïque » ou l’expression de la Biodiversité   

Le temps long du parcours sylvicole du Bois de Bernet – du Moyen Age au début 21ième  -  a façonné une multitude de paysages internes « les peuplements  forestiers » aux essences et caractéristiques très diverses. Un œil averti décèle ces ruptures paysagères, ces nouvelles dynamiques qui s’inscrivent depuis la litière et le tapis herbacé, le sous-bois et la canopée, le double-chant du pic noir, le bois mort au sol ou sur pied…

Un écosystème  forestier  est  une arborescence  lisible ou  les arbres en place expriment un ordre, un sens, une direction. L’observation  forestière permet de « lire » et comprendre cette organisation et une  lecture fine de la forêt  permet de déceler cette organisation forestière qui se révèle en forme de « peuplements en mosaïque  emboités ou les uns à côté des autres».

Ainsi au Bois du Bernet l’on peut déceler une diversité des peuplements  naturels et « introduits » qui forment des successions forestières.

La diversité forestière naturelle

Cette diversité naturelle des peuplements  se compose de la lande à genêt   qui colonise facilement un terrain découvert, d’une  boulaie  qui témoigne d’une jeune recolonisation forestière, d’une  forêt de  chêne pédonculé  qui  témoigne de la progressive reconstruction de son écosystème, une  forêt de chêne et de charme  et d’un  petit massif  mélangé de chêne rouvre et de hêtre situé dans le bas fond du massif de Figarol qui témoigne d’un début de maturité sylvicole.

La diversité forestière introduite

Il existe aussi une diversité des peuplements « introduits » qui correspond aux essences implantées au long de l’histoire. L’on trouve ainsi des pinèdes qui sont progressivement envahies par les essences autochtones et une forêt de chêne rouge  très exclusive et qui tend  à envahir toute la forêt.

La diversité des essences forestières

La nature des essences naturelles que l’on trouve aussi sur le Bois du Bernet  sont aussi le reflet de son histoire. Parmi les plus classiques les chênes pédonculé et rouvre, le hêtre , le charme, le châtaignier, le bouleau et le tremble, le merisier et le frêne, l’aulne aux bord des ruisseaux.

L’on trouve également des pommiers et poiriers sauvages, du sapin pectiné , du houx…

Comme essence introduite au fil de reboisements le chêne rouge, les pins sylvestre, weymouth , laricio

La biodiversité : apprendre à la voir , à la connaître

Un ensemble forestier comme celui du Bois de Bernet rassemble un volant de certaines biodiversités

Une  biodiversité ordinaire  représentée par les bois morts  sur pied et au sol avec leur état de dégradation  plus ou moins avancé qui vont jouer sur  la chaîne de dégradation de l’humus mais aussi sur la présence des insectes saprolixiques et des mycéliums de champignons. La présence de cette biodiversité au Bois de Bernet est faible. Cela est lié à un passé anthropologique du  « on ramasse tout le bois ». Un changement de culture a été opéré  progressivement aujourd’hui depuis une vingtaine d’années en laissant des arbres morts sur pied et ce capital précieux pour le bon fonctionnement de la forêt commence  à s’étoffer.

Il existe aussi une biodiversité extraordinaire caractérisée par des dendromicrohabitats c’est à dire souvent de « petits site/espace/cavité » (micro) situés sur les arbres (dendro) et formant un contexte de vie biologique particulier (habitat). Classiquement l’on trouve des cavités au pied des arbres, des fissures  avec coulure de sève ou pas, des « plages   cariées » , des dendrotelmes, des sporophores mais aussi des branches casées dans les houppiers…

Cette biodiversité extraordinaire peut aussi se caractériser par une végétal original  comme les lianes de vignes sauvages  que l‘on trouve au Bois de Bernet et qui est une plante protégée au niveau national.

Une politique de création d’îlots de « vieillissement de la forêt » ou de « sénescence »  c'est-à-dire de laisser un site « en évolution naturelle » permettrait une gradation de la diversité de ce massif.

Tag(s) : #Agriculture, #Forêt, #Canton de Salies, #Mazères sur Salat, #Comminges

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :