Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pétanque - Cazères à la recherche du temps passé
Pétanque - Cazères à la recherche du temps passé
 
  •  
  • Cazères à la recherche du temps passéCazères à la recherche du temps passé
    Cazères à la recherche du temps passé
Publié le 
Écouter cet articlei
Powered
/

l'essentielLavelanet accueille, samedi et dimanche, la session en doublette féminine.

 

 

Juillet 2019. Le temps s’est arrêté dans la gare de Rumilly. Mais oui, souvenez-vous, ce train sorti tout droit de l’enfer comme pour mieux marquer les esprits, à commencer par celui de Gilles Rey ! Oui mais voilà, ni ailes ni réacteur thermonucléaire ne pouvaient stopper la pandémie de Covid – 19, tant et si bien qu’il fallut laisser les éditions 2020 et 2021 sur la voie de garage.

Trois ans, une éternité. Enfin, qu’à cela ne tienne, Nadège Biau et Cindy Peyrot sont toujours là. Après tout, la coupure n’est pas incompatible avec la conservation d’un titre, ainsi que l’ont si bien montré les frères Pedragosa et Cazorla (2019, 2021) alors que la locomotive était en maintenance du côté de Port-Vendres durant l’été 2020.

Les Cazériennes ont, d’après nous, de quoi monter en puissance en temps voulu. Le tirage au sort les a affectées en poule 3 en compagnie des tandems composés de Laurence Petit et de Martine Dubois (Charnay-les-Mâcon), de Chantal Baecher et de Marie de Gruttola (Saint-Martin, celui du Haut-Rhin), sans oublier la paire formée par Vincente Hernandez et Brigitte Agostini sous la bannière bastiaise de l’Arinella.

Saint-Lys : l’éruption après l’irruption ?

Dans le sillage des protégées de Pierre-Nöel Arcangeli et de David Carle, Aurore Darnaud et Elsa Loubière, les Saint-Lysiennes, en l’espace d’une fulgurante campagne entre Saône-et-Loire, viennent de changer de costume. Et nul doute que leurs rivales vont les regarder avec un peu plus de considération encore. Parmi lesquelles les Martiniquaises (décidément !), mais aussi les Val-de-Marnaises et les Cantaliennes (Nathalie Le Bourgeois et sa fille Laura, sociétaires du club de la Boule du Puy-Mary). Nathalie le Bourgeois qui reprendra sur sa future licence son nom de jeune fille (Delmas, en l’occurrence) maintenant qu’elle est divorcée de Stéphane, l’ancien champion de France en triplette masculine, en 2012. Cela se passait à Roanne, avec la Moselle, en tant que coéquipier de Weibel et de Le Dantec.

Une bonne feuille de route, donc, pour les Haut-Garonnaises qui, adeptes ou pas d’un schéma tactique offensif, resteront néanmoins sur leurs gardes.

Ph.A.
Tag(s) : #Pétanque, #Cazères, #Comminges, #Haute-Garonne
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :