Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les élèves travaillent sur un chantier de stabilisation des murs d’un ancien moulin à eau à Soueix Photo DDM

Les élèves travaillent sur un chantier de stabilisation des murs d’un ancien moulin à eau à Soueix Photo DDM

Les élèves travaillent sur un chantier de stabilisation des murs d’un ancien moulin à eau à Soueix Photo DDM.
  • Les élèves travaillent sur un chantier de stabilisation des murs d’un ancien moulin à eau à Soueix Photo DDM.
Publié le 

l'essentielTous les médias en parlent : la sortie de crise du Covid a coïncidé avec une reprise dans le BTP. Seul "hic" : les difficultés de recrutement.

 

Benoit Mousset, habitant sur le secteur de Salies-du-Salat, et professeur de gros œuvres, maçonnerie au lycée professionnel Aristide Berges de Saint-Girons, a participé à la mobilisation, gagnée, pour maintenir la filière menant au bac Pro Gros-œuvre.

Pourquoi ces filières du bâtiment sont-elles délaissées ?

Il faut changer l’image de notre métier. C’est un métier porteur, il y a du travail dans cette branche, les jeunes peuvent être fiers de ce métier, fiers de laisser une trace. Cette profession est bien sûr ouverte aux femmes. Aujourd’hui, les engins de levage permettent d’éviter la manutention, beaucoup de tâches pénibles peuvent être réalisées par une machine. Les entreprises ont besoin de personnel avec des compétences numériques.

Concrètement comment choisir ces filières du BTP ?

Lors de l’orientation en collège après la 3e, ces filières existent et aboutissent à des métiers reconnus et très valorisés financièrement. Les élèves rentrent dans une seconde de détermination. Ils choisissent la famille de métiers de la construction durable (FMCD) dans laquelle va se retrouver six bacs différents. En seconde ils vont découvrir ces six bacs professionnels qui vont de la structure métallique jusqu’au gros œuvre, en passant par la finition du bâtiment ou l’intervention sur patrimoine bâti, ils vont se familiariser avec les compétences communes à ces filières. Deux des six bacs sont présents au lycée Berges : bac Pro Organisation Réalisation du Gros-Œuvre et bac Pro Aménagement Finition.

Les cours ne se déroulent pas uniquement en statique dans l’établissement ?

Dès la seconde on travaille sur des projets avec les collectivités et particuliers qui le souhaitent. Par exemple : la restauration des neuf "maginettes" de Moulis – des petits oratoires – : c’est une sauvegarde du patrimoine culturel. Egalement la réalisation de fondation en gabion pour un abri de berger à Oust dans les estives ariégeoises, ou encore la conception de mobiliers urbains en béton (bancs, tables…)

Une fois le bac Pro en poche, que peut-on faire ?

Après le bac Pro gros œuvre, par exemple, l’élève peut poursuivre ses études vers le BTS Bâtiment, BTS travaux Public, BTS de maintenance du matériel de construction, et d’autres, également l’IUT Génie Civil. En vie active, ils vont pouvoir travailler en entreprise, sachant qu’avec le bac Pro ils auront la prétention d’être chef d’équipe et progresseront rapidement. Il y a la possibilité également de faire la partie pro d’un CAP, comme celui de conduite d’engins.

Quels moyens sont mis à disposition des jeunes ?

Du matériel de pointe, une salle de projet avec des postes informatiques double écran, une presse pour l’expérimentation sur les matériaux, exploitation des maquettes numériques, un atelier récemment rénové…

Renseignements pour s’orienter vers la filière FMCD :  https://aristide-berges.mon-ent-occitanie.fr/    auprès de Benoit Mousset. Mail : benoit.mousset@ac-toulouse.fr

Tag(s) : #BTP, #Education, #Ariège, #Comminges, #Haute-Garonne
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :