Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Saint-Martory - En mai 44, la résistante Armande Lashéras subissait les tortures de la Gestapo

Comme dans de très nombreux villages et villes de France, les populations ont payé un lourd tribut pendant la seconde guerre mondiale. Saint-Martory en fait partie. Aussi ce samedi 7 mai à 10h30, une résistante, agent du réseau «Françoise», Armande Lasheras, dite Lasserre, sera honorée pour ses faits de Résistance. Une plaque commémorative sera dévoilée sur l’immeuble «chez Kiki», café restaurant à Saint-Martory. Un café qui a été tenu par la famille Lasheras, des années 30 jusqu’en 1956.

C’est dans ce café que se déroula en mai 44 un fait dramatique lié aux activités de Résistance d’Armande Lasheras. Membre du réseau Françoise, cette habitante saint-martorienne aidait les clandestins, la plupart des aviateurs anglais, américains... tombés en France, en leur procurant de la nourriture, des tickets de ravitaillement, etc... L’hôtel restaurant Lasserre, siège de l’Etoile Sportive Saint Martorienne, était la dernière étape avant qu’ils soient récupérés par les passeurs, direction les Pyrénées et l’Espagne. Mais en mai 44 Armande fut dénoncée et la Gestapo investit le café. Elle fût interrogée et torturée. Conduite à la clinique Ferran de Saint-Gaudens elle subira plusieurs opérations. Après la Libération, malgré une santé précaire, elle continura à faire tourner son hôtel restaurant. Elle décèdera en septembre 1955 à l’âge de 52 ans, laissant trois enfants.

Parmi les habitants invités à s’associer à cette cérémonie, Maurice Lasheras a tenu à la présence des «victimes collatérales de la guerre 39-45», tels Suzanne et Robert Keuleyan, enfants d’immigrés arméniens chassés au moment du génocide le 24 avril 1915, et dont le père Grégoire Keuleyan a été tué au combat en mai 40, mort pour la France. Pupilles de la Nation et orphelins de guerre, ils seront présents pour cet hommage. Autre «victime» de cette guerre: André Saint-Martin - Latrille, dont les parents furent torturés par la Milice et la Gestapo, et fusillés.

C’est sous le haut patronage du préfet de région Etienne Guyot et à l’initiative de Maurice Lasheras et sa famille, du maire Raoul Raspeau, ainsi que de Jacques Simon, président des chemins de la Liberté par le Comminges et le Val d’Aran, que cet hommage posthume sera rendu à Armande Lashéras.

Tag(s) : #La Resistance et les Villes Médaillées, #Saint-Martory, #Comminges, #Guerres
Partager cet article
Repost1
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :